Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Fleury Michon envoie du bois

Arnaud Jadoul

Sujets relatifs :

, ,
Fleury Michon envoie du bois

Le groupe familial vendéen réduit de 80% le volume de plastique de sa nouvelle gamme de plats cuisinés individuels en faisant le choix de barquettes en peuplier. -

À Mouilleron-Saint-Germain, en Vendée, l’usine Fleury Michon est sous les feux de l’actualité en cette fin d’année. Le site, spécialisé dans les plats cuisinés individuels (PCI) - il en produit 15 000 tonnes par an - et qui emploie 430 salariés, vient de célébrer son quarantième anniversaire. Il a également fait l’objet d’un investissement de 7 millions d’euros consacré à la rénovation d’un bâtiment de 2000 m² et à l’introduction d’une technique de cuisson ouverte à l’occasion du lancement des gratins en barquette en matière d'origine renouvelable, le bois en l'espèce. Parce que la chasse au plastique est ouverte au sein du groupe agroalimentaire.

Pasteurisation ouverte

Jusqu’à présent, le leader du marché des PCI, avec une part de 24,8% en valeur, ne pratiquait que la cuisson sous vide dans l’emballage, en sachet ou en barquette operculée. Depuis six semaines, il propose une gamme de gratins cuits au four, avec une pasteurisation ouverte, qui permet une évaporation de l’humidité. La qualité gustative des plats, qui se réchauffent aussi bien au four traditionnel qu’au four à micro-ondes, leur fraîcheur et leur appétence s’en trouvent nettement améliorées. En outre, le système d’assemblage, d’une capacité de 3600 à 4000 barquettes par heure, selon les recettes, a été revu, avec un convoyeur à double navette, pour être beaucoup plus souple.

Futur standard ?

Cette innovation s’accompagne d’une conversion au bois, réalisée avec Lacroix emballages, dans le cadre d’une politique d’élimination maximale des matériaux plastique. Avec cet emballage en peuplier déroulé, labellisé français, certifié PEFC et collé, Fleury Michon parvient à réduire de 80% la quantité de plastique nécessaire. Il ne reste plus qu’une enduction en polyéthylène téréphtalate cristal (CPET) à l’intérieur du contenant - qui représente 3% de l'emballage et qui est appelée à disparaître assez rapidement, les denrées étant disposées sur un papier sulfurisé censé renforcer l'image du "fait maison" - et un sachet flowpack thermorétracté, indispensable au conditionnement sous atmosphère modifiée. Toutefois, ce choix a un prix  : cette barquette coûte cinq fois plus cher que son équivalent en plastique et les emballages en bois ne disposant pas d’une filière de recyclage, l’écocontribution est de près de 45% plus élevée. Le groupe n’en espère pas moins faire de cette barquette un standard si le succès est au rendez-vous.

« Aujourd’hui, au-delà de la qualité nutritionnelle, c’est bien l’impact environnemental de notre alimentation qui est au cœur des préoccupations, déclare David Garbous, le directeur stratégie et innovation. Avec cette gamme de plats cuisinés, nous innovons en proposant une alternative dans un secteur encore trop dépendant du plastique. Nous souhaitons également alerter les pouvoirs publics sur l’absence de filière de recyclage des emballages en bois qui constitue aujourd’hui un véritable frein à la conception de solutions plus vertueuses. C’est là la force et l’ambition de notre mouvement pour le manger mieux : impliquer et inciter une véritable transformation de notre système alimentaire et donc de l’ensemble de ses acteurs. »

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Un consortium pour le recyclage chimique en France

Economie circulaire

Un consortium pour le recyclage chimique en France

Dans le cadre d’un appel à projets lancé par Citeo, Total, Recycling Technologies, Nestlé et Mars s’associent pour développer une filière industrielle de recyclage des déchets plastique[…]

11/12/2019 | PlastiquesTechnologie
Une usine flambant neuve pour Sigoplast

Investissements

Une usine flambant neuve pour Sigoplast

Fellmann Cartonnages s’équipe en offset

Investissements

Fellmann Cartonnages s’équipe en offset

Mondelez International parraine l’Esepac

Profession

Mondelez International parraine l’Esepac

Plus d'articles