Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

Europlastiques lance une gamme standard en rPP

Arnaud Jadoul
Europlastiques lance une gamme standard en rPP

Le spécialiste des emballages alimentaires en polypropylène injecté a conçu re-PPlay, qui compte trois références en matière issue du recyclage chimique. -

Jusqu’à présent, les lancements de produit dont les emballages sont en plastique issu du recyclage avancé – confrontés au « plastic bashing », les acteurs préfèrent ne pas employer le terme « chimique » – émanaient de grandes entreprises et concernaient plutôt des applications particulières. Cette fois, c’est une PME, Europlastiques, qui pèse 20 millions d’euros de chiffre d’affaires, qui va produire la gamme re-PPlay de trois références standard en polypropylène recyclé (rPP) « 100% circulaire ». « Depuis plusieurs années, Europlastiques travaille à formaliser son approche environnementale. Il y a dix ans, c’était loin d’être dans l’air du temps, aujourd’hui c’est une nécessité pour notre profession, expose Guy Michel, directeur commercial du groupe. Avec l’évolution de la réglementation et le plastic bashing, difficile de savoir quelle direction prendre. Nous testons tout avec la volonté d’aller vite sur les pistes qui nous semblent prometteuses et d’écarter les fausses bonnes idées. Là où nos emballages sont utiles, justifiés, qui ont du sens, c’est leur fin de vie qui doit guider nos choix. Et il est dans notre ADN de rendre accessibles nos innovations à travers notre catalogue. C’est ce que nous souhaitons faire avec re-PPlay. »

Certification ISCC+

Collaborant avec Innovons à 360 °, Europlastiques a défini le recyclage avancé comme l’un des premiers axes d’évolution vers la circularité. « Jusqu’alors, avec le seul recyclage mécanique, il nous était impossible d’intégrer le PP dans cette boucle, observe Edith Vidal, nouvelle directrice commerciale et marketing France. Le recyclage avancé nous permet de nous inscrire dans une stratégie à moyen et long terme. » La question subsidiaire portait sur le taux d’incorporation de la matière recyclée. « Beaucoup de clients nous suggéraient de 30 à 50%, mais nous voulons être des précurseurs et avons donc opté pour 100%, sur des produits standard de surcroît, déjà écoconçus », annonce-t-elle. La démarche a nécessité la recherche puis la conclusion d’un accord d’approvisionnement avec un fournisseur d’une part, la certification ISCC+ du site lavallois d’Europlastiques. La matière recyclée est livrée par le pétrochimiste espagnol Repsol, qui produit ce rPP certifié 100% circulaire à partir d’huile de pyrolyse. « Si nous sommes un petit intervenant sur le marché, nous devenons un « primo-adopteur » et nous l’avons séduit aussi par notre image d’entreprise innovante », déclare Guy Michel, qui précise que des options sont posées pour l’allocation des quantités souhaitées en 2022 et 2023. « C’était essentiel parce que, en attendant l’ouverture d’installations industrielles, le gisement risque d’être restreint pour de nouveaux entrants », complète-t-il.

Process existants

Dévoilée lors du prochain Carrefour des fournisseurs de l’industrie agroalimentaire (CFIA), à Rennes, du 9 au 11 juin, et produite à partir de juillet, la série re-PPlay comprend une barquette de 700 ml utilisée pour les plats cuisinés, les purées et les condiments, le pot Gook de 300 ml, avec bec verseur et refermable sans couvercle, adapté aux sauces, aides culinaires et contenus semi-liquides, et, dans la gamme des bols et coupelles, un nouveau pot rond de 95 mm de diamètre et 180 ml de contenance, destiné aux tartinables ou aux produits laitiers ultrafrais. « Ces trois références, personnalisables par IML, que nous avons choisies parce qu’elles correspondent à des usages en gros volumes, sont adaptées aux process de fabrication, traitement thermique et conservation réfrigérée existants, sans autre modification qu’un nouveau flux matière à gérer », précise Edith Vidal. D’assurer que la matière a les mêmes caractéristiques que le PP transformé habituellement en termes de résistance à la chaleur, de rigidité et d’alimentarité. « Nous restons sur des produits monomatériau, là où beaucoup de solutions alternatives aux emballages plastique sont en fait complexes et perturbatrices de tri », ajoute-t-elle. Par ailleurs, le PP dispose d’une filière de tri, même si « c’est le maillon qu’il faut consolider aujourd’hui pour sécuriser le flux », admet Guy Michel, qui promet d’autres initiatives dans les mois à venir.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Blédina teste la consigne

Economie circulaire

Blédina teste la consigne

La marque d’alimentation infantile a rejoint le dispositif Loop-Carrefour en région parisienne et à Brive (Corrèze). - Le catalogue Loop vient de s’enrichir de petits pots pour bébés. La marque[…]

Saint-Brieuc s’ouvre à la traçabilité

Profession

Saint-Brieuc s’ouvre à la traçabilité

Une filière française de recyclage du polystyrène en 2025

Profession

Une filière française de recyclage du polystyrène en 2025

LPR ouvre une filiale en Roumanie

Investissements

LPR ouvre une filiale en Roumanie

Plus d'articles