Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

Bioplants lâche le PLA pour le kraft

Tiziano Polito
Bioplants lâche le PLA pour le kraft

Après neuf ans, le producteur d’herbes aromatiques bio n’était plus satisfait de son emballage bioplastique. Avec le papier, il estime être plus en phase avec l’environnement, le marché et la réglementation. -

Les entreprises qui abandonnent l’emballage plastique pour passer au carton ou au papier sont toujours plus nombreuses. En faisant ce choix elles estiment être plus en phase avec les attentes du marché et la réglementation qui, pour mémoire, a déjà programmé la fin des plastiques à usage unique pour 2040. Les sociétés qui délaissent les bioplastiques pour passer aux matériaux cellulosiques sont en revanche beaucoup plus rares car les biopolymères - issus de ressources renouvelables et, pour la plupart d’entre eux, compostables ou biodégradables - sont aussi censés être en phase avec l’environnement. Bioplants, qui produit des plantes aromatiques bio à Saint-Martin-du-Fouilloux (Maine-et-Loire), avait justement fait ce choix. « Il y a neuf ans, en 2011, nous avons été parmi les premiers à abandonner le polypropylène pour passer au PLA. Cela nous paraissait logique par rapport à nos engagements », explique Angel Rodriguez, directeur général de Bioplants France. Et de compléter : « Un an plus tôt, nous avions décidé de n’utiliser que des pots fabriqués à partir d'une matière biosourcée, compostable et biodégradable. En optant pour un film présentant les mêmes caractéristiques aussi pour l’emballage, nous étions donc en mesure de proposer un ensemble très cohérent : origine bio et/ou organique de la graine au produit fini ».

Plastic bashing et lobbying

Tout comme ses pots, l’acide polylactique (PLA) issu de ressources renouvelables, compostable selon la norme EN13432 et transparent, semblait répondre parfaitement aux attentes de Bioplants. Seulement voilà, « les problèmes de disponibilité de la matière, le plastic bashing, les retours d’expérience négatifs sur le compostage mais aussi le lobbying de Citeo, clairement opposé aux biopolymères, nous ont amenés à y renoncer et à le remplacer par du papier », explique Angel Rodriguez. Le dirigeant de préciser : « De plus, les acheteurs de la grande distribution commençaient à s’inquiéter eux aussi ». Avec le kraft, l’entreprise estime qu’elle maintient ses engagements vis-à-vis de l’environnement. « Ce matériau est lui aussi d’origine renouvelable, recyclable et imprimé avec des encres végétales », observe Angel Rodriguez. Qui ajoute : « Nous sommes très au fait sur tous ces sujets, car nous faisons beaucoup de veille. Des organismes indépendants réalisent pour nous des analyses de cycle de vie (ACV) avant de décider quelque changement dans notre filière de production, comme le couple produit-emballage, par exemple. »

Sept critères

D’après Bioplants, le papier kraft utilisé, estampillé Forest Stewardship Council (FSC), réduit l’impact environnemental sur sept critères écologiques qui oeuvrent en direction de la préservation du climat et de la planète. « C’est un matériau un peu plus cher, opaque et non transparent comme le PLA, mais depuis un an la situation n’était plus tenable. La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire a accéléré les choses », conclut Angel Rodriguez.

Filiale du groupe suisse Max Schwarz, Bioplants France vend chaque année près de 3 millions de pots de fines herbes bio en grande distribution et magasins spécialisés, sous la marque Tout frais Tout bio. Ses produits, qui se déclinent en vingt références, dont huit sont produites et commercialisées toute l’année, voient le jour et grandissent dans des serres, sans pesticides ni engrais chimiques. La consommation d’eau est raisonnée, grâce à un arrosage à l’eau de pluie récupérée sur les toits des serres. Bioplants France est contrôlée et certifiée Bio et Global Gap. La société, qui compte 12 salariés permanents, a réalisé, en 2019, un chiffre d’affaires de 2,7 millions d’euros. Pour satisfaire la demande croissante des consommateurs, elle a investi 8,7 millions d’euros pour se doter d’un nouveau site. Actuellement en construction aux Ponts-de-Cé (Maine-et-Loire), il sera opérationnel au premier semestre 2021.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

La Feve veut promouvoir le verre à travers une nouvelle gravure des bouteilles

La Feve veut promouvoir le verre à travers une nouvelle gravure des bouteilles

La Fédération européenne du verre d’emballage a dévoilé le 24 novembre un nouveau logo. À travers lui, l’association professionnelle souhaite rappeler aux consommateurs les avantages de cette[…]

26/11/2020 | BoissonsTous secteurs
ASV Packaging mise sur les barquettes Halopack

Economie circulaire

ASV Packaging mise sur les barquettes Halopack

Un double emballage compostable pour les tomates Elmira’s Own

Un double emballage compostable pour les tomates Elmira’s Own

Un AMI pour la préparation du polystyrène à recycler

Profession

Un AMI pour la préparation du polystyrène à recycler

Plus d'articles