Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Dossier

A l'épreuve de l'étanchéité

ARNAUD JADOUL

Sujets relatifs :

,

Difficile de révéler les produits et d'en dévoiler la fraîcheur ou la qualité lorsque l'emballage primaire est en carton ou en métal. « Leur opacité en fait justement une de leurs caractéristiques positives pour les aliments qui ne tolèrent pas la lumière », remarque Philippe Gimenez, directeur recherche et développement d'Impress. Cependant, certains produits d'épicerie, tels que les légumes secs ou les aliments en poudre, le sucre notamment, ont besoin d'afficher leur niveau de remplissage, voire d'être dosés. Alors, quand un minimum de transparence est admissible, le fenêtrage sur une face apparaît comme le meilleur compromis.

Mais s'il peut être créé sur un emballage en plastique grâce à l'impression, il est plus difficile à réaliser au plan industriel sur le carton, et davantage encore sur le métal, puisqu'il s'agit de leur associer un film de polychlorure de vinyle (PVC), de polypropylène (PP), de polyéthylène (PE), de polyéthylène téréphtalate (PET), etc., selon les caractéristiques recherchées. « Le scellage doit être parfaitement étanche, pour ne pas remettre en cause toutes les propriétés de l'emballage », rappelle Philippe Gimenez. « De plus, sur des boîtes métalliques, les fenêtres nécessitent des opérations de reprise latérales, ou des découpes préalables à la réalisation du cylindre, incompatibles avec de hautes cadences, explique-t-il. Il vaut mieux appliquer la transparence sur le couvercle, c'est plus simple et plus efficace. » Inconvénient : le service supplémentaire du dosage disparaît !

En revanche, sur un étui ou une boîte en carton, même si l'opération reste complexe, la technique est plus éprouvée. De surcroît, cartonniers et fabricants de machines spéciales, comme l'allemand Heiber et Schröder ou le français Esatec, optimisent les process - en particulier la qualité de scellage sur des cartons traités ou non - et les cadences. Le constructeur allemand a ainsi développé avec A & R Carton une machine pouvant travailler en continu, par flammage, à une vitesse de 30 000 fenêtres/heure sur des découpes imprimées. De quoi assurer des perspectives à une solution qui allie stabilité, rigidité et transparence utile.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Elopak acquiert Naturepak Beverage

Acquisitions

Elopak acquiert Naturepak Beverage

Le fabricant norvégien d’emballages de boisson en carton renforce son outil industriel en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. - Elopak présente l’opération comme un renforcement de sa présence sur des[…]

15/10/2021 | BoissonsComplexe
Tosca élargit son offre aux produits carnés

Stratégie

Tosca élargit son offre aux produits carnés

L’information sur le BPA dans le collimateur

Profession

L’information sur le BPA dans le collimateur

Paris bannit le plastique de ses cantines

Réglementation

Paris bannit le plastique de ses cantines

Plus d'articles