Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Vérifier ses barquettes par vision industrielle

Tiziano Polito

Sujets relatifs :

,
Luceo propose une méthode de contrôle pour vérifier à la fois la présence du produit, l'étanchéité et l'aspect extérieur de l'emballage. Et piloter un robot d'encaissage.

Chez Luceo, le contrôle de barquettes on connaît. Mieux connue du public sous son ancienne dénomination Edixia, la filiale du groupe Tiama s'était présentée, il y a quatre ans, aux professionnels de l'industrie alimentaire avec un système permettant de vérifier, par vision, la présence d'intrus sur les zones de soudure. Un système développé plus précisément pour les conditionneurs de plats préparés, charcuteries, fromages et autres produits en morceaux qui, lors du remplissage, peuvent se déposer sur le rebord de la barquette et rester coincés sous le film supérieur, provoquant ainsi un défaut d'étanchéité de l'emballage. On connaît les risques associés à cette menace : dépérissement anticipé du produit, dégradation de l'image de marque auprès du consommateur, non-renouvellement de l'achat, voire, dans le pire des cas, intoxication alimentaire et déréférencement de l'entreprise. « En conditions normales de production, 5 à 10 % des barquettes de produits volatiles présentent des intrus sur les zones de soudure », explique Christophe Laperche, responsable de secteur chez Luceo.

Gains de place

L'entreprise bretonne revient sur le devant de la scène avec une version améliorée de ce système qu'elle a, entre-temps, baptisé Thermosecure. La première nouveauté réside dans la meilleure intégration du procédé à la ligne de conditionnement. Auparavant placé sur un convoyeur en sortie de la thermoformeuse, le module fait désormais partie intégrante de la machine. A la clé : des gains de place et une mise en service plus rapide pour l'utilisateur. Le Thermosecure, qui ne mesure pas plus de 500 mm de largeur, prend place sur toutes les machines du marché, sans que l'on ait à les modifier. En particulier, cette solution permet de supprimer la mécanique de mise au pas et d'alignement des barquettes ; « C'est une source d'ennuis en moins », note Christophe Laperche. Objet d'un dépôt de brevet en octobre dernier, le Thermosecure se compose d'un groupe optique - composé de capteurs à haute résolution - et d'un système d'éclairage. Le nombre de capteurs varie de 2 à 7, en fonction de la complexité de l'application. Le principe de fonctionnement est assez simple. Après avoir été éclairées par le dessous, les barquettes sont photographiées et les images transmises en temps réel à un PC où elles sont analysées par un logiciel. Toute tache de plus de 0,5 mm2 sur la zone de soudure est assimilée à un intrus et immédiatement signalée à un codeur qui marque la barquette avec un carré noir. Quant aux barquettes vides, elles sont, elles aussi, identifiées et marquées avec un signe distinctif. S'agissant d'un système optique, la caméra nécessite de « voir » à travers le film inférieur, ce qui implique, pour le conditionneur, d'employer au moins un film transparent. C'est la seule contrainte du procédé. « Aucune maintenance n'est nécessaire. Tout est étanche selon le standard IP 65. De plus, afin de limiter les interventions, nous avons choisi un système d'éclairage par Led, quasiment indestructible », note Christophe Laperche.

Hautes cadences

En aval, juste avant l'encaisseuse, un second module, complète le travail du premier. Comme le premier, il scrute les barquettes, mais cette fois par le dessus afin de reconnaître les emballages défectueux et les trier. Un film mal repéré, l'absence d'une date de péremption, d'un sticker, ou leur mauvais positionnement sont assimilés à des défauts de production. Les barquettes vides ou fuyardes, que la caméra identifie grâce aux marquages - par un carré ou un rectangle - effectués au premier contrôle, sont également éliminées du flux après avoir été triées. Parce qu'elles représentent un risque trop élevé pour le conditionneur, les barquettes vides sont immédiatement mises à la poubelle. Les autres sont recyclées, soit en récupérant le produit qui est à l'intérieur, soit en corrigeant les défauts extérieurs. Le système est en mesure de contrôler plus de 200 barquettes par minute. « A cette vitesse-là, l'oeil humain a du mal à distinguer les emballages. Le contrôle automatisé par vision permet de répondre aux attentes des entreprises qui travaillent à hautes cadences », explique Christophe Laperche. Mais le rôle de la vision ne s'arrête pas au contrôle de qualité. En vérifiant les barquettes sur le convoyeur, la caméra est également en mesure de fournir des informations sur leur positionnement, qu'elle transmet ensuite au contrôleur du robot placé sur l'encaisseuse. Voilà ce qui s'appelle faire d'une pierre deux coups !

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Delacre poursuit ses éditions caritatives

Delacre poursuit ses éditions caritatives

La cinquième édition est signée Kenzo Takada. - Après Chantal Thomass, Christian Lacroix, Serge Bensimon et Sarah Lavoine, Delacre a fait appel cette année à Kenzo Takada pour dessiner les décors[…]

13/11/2018 | DesignAcier
Sub accompagne Jordans vers les plus jeunes

Sub accompagne Jordans vers les plus jeunes

La plasturgie au cœur de l'actualité

Agenda

La plasturgie au cœur de l'actualité

Omron ouvre sept laboratoires en Europe

Omron ouvre sept laboratoires en Europe

Plus d'articles