Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Vanimpack dans l'import de sacs

COR

Sujets relatifs :

 

Après une longue expérience dans un groupe néerlandais pour lequel il a piloté l'implantation d'une usine d'emballages en Bretagne, Patrick de Cloet crée sa propre société. Il a ouvert le 24 mai 2004 à Locminé (Morbihan) l'entreprise Vanimpack, spécialisée dans le négoce de sacs et sachets en provenance principalement d'Asie avec déjà un million de sacs vendus à l'industrie agroalimentaire de Bretagne. « En France, on ne trouve plus de sacs tissés. Et les sacs tricotés sont, en raison des charges financières des sacheries, de 20 à 30 % plus chers qu'en Asie ». Les sacs sont personnalisables à la cadence de 1 800 unités à l'heure quelle que soit la taille qui varie de de 10 à 50 kilos. Vanimpack a lancé cette activité de sérigraphie simple - un tamponnage monochrome ou bichrome - avec le centre d'aide par le travail (CAT) de Pontivy (Morbihan). Les minoteries de l'Ouest de la France ou les fabricants d'engrais commandent des sacs en polypropylène blanc tissé avec ou sans laminage pour une étanchéité complète, tandis que les produits de la récupération issus du tri sélectif, tels les pavés de rue ou les aliments pour bétail utilisent des grands récipients vrac souples (GRVS) à quatre sangles pouvant contenir de 400 kilos à deux tonnes.

Une sacherie diversifiée. Patrick de Cloet a démarré sa carrière dans une usine belge de carton ondulé en 1986 avant de gérer des filiales européennes pour un groupe d'emballage néerlandais. Il a orienté sa sacherie principalement sur les sacs pour fruits et légumes, dont une grande partie pour les pommes de terre et autres tubercules. Les sacs de jute en provenance du Bangladesh servent essentiellement aux grandes distances, les fibrannes dont ils sont constitués procurant un ombrage continu lors des transports internationaux. Pour le marché intérieur et les pays limitrophes de la France, Vanimpack importe en contenance de 5 à 50 kilos (majoritairement en 10 kilos et 25 kilos) des sacs tricotés de bandes de polyéthylène et des sacs tissés avec un mélange de polyéthylène et de polypropylène, la rigidité de ce dernier matériau procurant une protection efficace pour les plants et semences de pommes de terre. Patrick de Cloet table sur un objectif de 20 à 30 millions d'unités vendues à moyen terme et embauchera début 2005, deux personnes.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Pâques inspire Raffaello

Pâques inspire Raffaello

La marque de confiserie à la noix de coco de Ferrero propose une édition limitée illustrée par Adolie Day. - Pour Pâques, Raffaello a fait appel à l’illustratrice Adolie Day pour revisiter[…]

19/04/2019 | DesignCarton plat
Greenpeace interpelle Nestlé sur le plastique

Greenpeace interpelle Nestlé sur le plastique

Huhtamaki s’engage davantage dans l’économie circulaire

Huhtamaki s’engage davantage dans l’économie circulaire

L’affaire de la viande de cheval se conclut avec de la prison ferme

L’affaire de la viande de cheval se conclut avec de la prison ferme

Plus d'articles