Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Décryptage

UN BUREAU D?ÉTUDE EN TEMPS RÉEL AVEC OTOR

Henri Saporta
Optimsolutions intègre les quatre préoccupations majeures que sont les pressions sur les coûts, sur les délais, sur les performances et sur l'environnement. Et met l'éco- conception au coeur de la démarche de développement d'un emballage en carton.

Douze ans de développement ; un avantage concurrentiel déterminant ; une centaine de présentations à des clients en quelques semaines ; des équipes spécialement formées et pluridisciplinaires dans toute la France : Optimsolutions est clairement, pour Otor, la base d'un nouvel essor dans les années qui viennent. Le principe ? «Obtenir très rapidement des propositions de solutions optimisées avec un comparatif de leurs coûts respectifs quelque que soit la complexité du cahier des charges.»

Très présent dans la filière agroalimantaire, le spécialiste français du carton ondulé propose, avec Optimsolutions, une cellule de développement informatique qui intègre quatre préoccupations majeures : la pression sur les coûts, la pression sur les délais, la pression sur les performances et la pression sur l'environnement. Et l'emballage est analysé tant sur les plans logistique que marketing. Pour Gérard Mathieu, directeur Marketing et Développement d'Otor, « plus qu'un logiciel, Optimsolutions est, avant tout, un savoir-faire qui représente la synthèse de 20 ans d'expérience dans le carton ondulé. » Avec tout simplement la possibilité de disposer d'un bureau d'études en temps réel...

A l'aide de quelque 150 paramètres intégrés dans la base de données, Optimsolutions est en mesure de délivrer, dans l'absolu, quelque 500 000 solutions d'emballages. Mais en dire plus sur le système informatique est difficile : Otor veille, en effet, jalousement sur son outil qui compte « quelques dizaines de milliers de lignes de codes ». Sont, par exemple, intégrés le calcul de la résistance à la compression verticale (RCV) de l'emballage en fonction du produit conditionné ou encore le bilan carbone d'une solution d'emballage complète et, bien sûr, toutes les variantes possibles de prêt-à-vendre (PAV).

Selon Gérard Mathieu, Optimsolutions montre, la plupart du temps, « une corrélation étroite entre le bilan carbone et le coût de la solution d'emballage sur la chaîne complète ». Dans l'échelle des choix, il arrive donc que la meilleure solution passe par une caisse en carton ondulé un peu plus chère que dans une solution plus économique mais moins bien placée sur le plan du carbone. Dans le cadre d'une démarche intégrée d'écoconception et d'analyse du coût global, la caisse en carton s'inscrit, de fait, comme un paramètre parmi d'autres.

Pour une étude de développement intégrant deux ou trois options en entrée, le système peut passer en revue quelque 44 000 combinaisons pour n'en retenir au final qu'une centaine viable. Les propositions retenues sont ensuite classées selon différents critères avec, pour chaque, une fiche de synthèse complète intégrant notamment prix unitaire, coût global, découpe et plan de palettisation. « En quelques heures de calcul, Otor est en mesure de fournir l'équivalent de plusieurs années de développement d'un bureau d'études traditionnel », souligne Gérard Mathieu.

De résumer : « utiliser Optimsolutions, c'est sortir du brouillard pour rentrer dans la lumière ». C'est la possibilité de choisir sa solution d'emballages en toute connaissance de cause. Et d'inscrire ce choix dans la durée... Optimsolutions montre plus que jamais la nécessité de changer de méthodes de travail et d'éviter les hiatus entre services marketing et achat : « il faut intégrer l'emballage dès la conception d'un nouveau produit », insiste Gérard Mathieu. Conclusion : Otor travaille, avec ses clients, sur des contrats de développement dans la durée afin d'accompagner en permanence les entreprises dans leurs réflexions et de leur offrir une vision globale.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Des investissements en cascade chez Tetra Pak

Des investissements en cascade chez Tetra Pak

Le suédois va dépenser 425 millions d'euros pour renforcer ses unités de production. L'Asie bénéficiera d'un traitement particulier. Mais l'Europe n'est pas oubliée. On n'est pas numéro un de l'emballage pour rien ! Quand Tetra Pak (Tetra Laval)[…]

01/11/2008 |
PSB Industries prend pied aux États-Unis

PSB Industries prend pied aux États-Unis

Bosch Packaging Technologyrachète Paal Verpackungsmachinen

Bosch Packaging Technologyrachète Paal Verpackungsmachinen

Mecaplastic se réorganise et se concentre sur l'international

Mecaplastic se réorganise et se concentre sur l'international

Plus d'articles