Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Enquête

Traçabilité 2005 entre technologie, innovation et réglementation

Gilles Solard

Sujets relatifs :

, ,
Le salon Traçabilité, qui a lieu du 25 au 27 janvier 2005 au Cnit de La Défense, est placé sous un double signe : réglementaire d'abord, avec l'application, depuis le 1er janvier 2005, du règlement 178/2002 sur la sécurité alimentaire qui oblige industriels et distributeurs à tracer palettes et colis ; technologique ensuite avec la montée en puissance de la RFID.

L'année 2005 s'annonce clairement comme une année charnière en matière de traçabilité. Dans le secteur de l'alimentaire, pas moins de trois règlements et directives sur la traçabilité, les allergènes et organismes génétiquement modifiés (OGM) font l'objet de réflexions majeures en matière de démarches de traçabilité dans l'agriculture, l'industrie et la grande distribution. Entré en vigueur depuis le 1er janvier 2005, le règlement 178/2005 stipule dans son article 18 que « la traçabilité des denrées alimentaires [...] est établie à toutes les étapes de la production, de la transformation et de la distribution ». Une étape que les grands groupes et les enseignes de distribution ont souvent déjà franchie mais qui est plus que jamais d'actualité dans les petites et moyennes entreprises (PME) et les très petites entreprises (TPE) de l'agroalimentaire. Parmi les quelque 60 conférences du salon, un certain nombre auront d'ailleurs trait à cette réglementation : tour d'Europe des interprétations nationales du règlement 178/2002, démarche HACCP, problématique import/export face à la réglementation ou comment appliquer la nouvelle réglementation dans une petite et moyenne entreprise.

Les différents partenaires du salon que sont entre autres l'Association nationale des industries alimentaires (Ania), l'Echangeur, la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD), la Société française des sciences et techniques pharmaceutiques (SFSTP), Gencod EAN France, Gimelec, Afaq et Perifem seront là pour organiser leur propre session de conférences. Gencod EAN France organise ainsi une journée traçabilité dont le fil rouge sera « Traçabilité, êtes-vous prêts ? » Et la FCD donne la parole aux enseignes autour de deux thématiques : la traçabilité de l'entrepôt au magasin et la traçabilité dans les rayons « à la coupe ».

Si le volet de la réglementation est d'une actualité brûlante, celui de la technologie RFID l'est tout autant. Comme l'année dernière, la deuxième édition accueille un pôle RFID, moteur sur le plan technologique.

Parmi les nouveautés du salon, citons par exemple la société Maintag qui présente en avant-première mondiale le système Ecotrack, première solution intégrée de gestion des forêts et d'écocertification des bois de coupe par étiquette RFID. Les arbres répertoriés et étiquetés sont ainsi exploités conformément aux plans d'aménagement des zones forestières. Notons, également en avant-première mondiale, la présence de KBS avec le procédé Pharmavigil, un traceur intelligent capable de mesurer, d'enregistrer, de visualiser et de restituer des états de conservation.

Haute fréquence

Citons aussi Sato, qui présente les premières solutions RFID en ultra-hautes fréquences (UHF) complètes, multiprotocoles et conformes à l'Electronic product code (EPC). Celles-ci comprennent notamment les imprimantes RFID CL408e et CL412e.

Ou encore Avery Dennison, dont la gamme d'imprimantes à transfert thermique est désormais disponible en version RFID pour transpondeur haute fréquence ou ultra-haute fréquence. Depuis octobre 2004, tout matériel d'impression ou d'impression/pose des gammes 64 bits et ALX sont ainsi évolutifs vers la RFID. Avec ces imprimantes, il ne sera plus nécessaire de renouveler son matériel pour passer à cette nouvelle technologie.

La RFID fait également l'objet de nombreux commentaires chiffrés. A commencer par ceux de l'organisateur du salon qui explique que 323 millions d'étiquettes ont d'ores et déjà été installées : 50 % dans l'industrie, 42 % dans les véhicules automobiles et 8 % dans la filière animale. « Les prévisions les plus conservatrices tablent sur une progression de 250 % d'ici 2007 avec un chiffre d'affaires largement supérieur à 1,3 milliard de dollar pour 1 milliard d'étiquettes », précise Exposium.

Instrument de choix

De son côté, Checkpoint publie pour la quatrième fois son baromètre européen de la démarque inconnue. Parmi les outils de lutte contre la fraude, la RFID constitue un instrument de choix : « 9 % des 423 détaillants européens mènent des projets pilotes. Près de 30 % des distributeurs prévoient de mener des essais dans les deux ans à venir et 20 % dans les trois à cinq prochaines années », indique le fournisseur de systèmes de surveillance électronique des articles.

Pour le fabricant d'imprimantes Printronix, 48 % des distributeurs français et 41 % des distributeurs européens auraient déjà mis en place un pilote RFID en 2004. « L'enquête révèle que les détaillants européens sont séduits par la RFID et que le décollage prévu par notre précédente enquête se confirme », déclare Claus Hinge, vice-président ventes et marketing Printronix en Europe. Enfin Intermec, le numéro deux mondial de l'identification, révèle que 35 % des 600 responsables européens de la chaîne d'approvisionnement interrogés ont déjà testé la RFID ou envisagent de le faire. Les trois quarts en attendent une amélioration de la productivité et une amélioration du service.

Mais la RFID est une bataille qui se mène avant tout sur le terrain. Ainsi, le constructeur d'imprimantes Sato, déjà cité, envisage de réaliser l'acquisition de L'Etiquetage rationnel, son distributeur en France depuis 27 ans. L'Etiquetage rationnel réalise 9 millions d'euros de chiffre d'affaires avec 40 personnes.

C'est sans doute le premier d'une longue liste de rachats à venir pour prendre le meilleur départ possible dans cette nouvelle course technologique...

Entre le premier salon de la Traçabilité, durant lequel la RFID constituait presque une découverte pour un certain nombre de visiteurs et cette seconde édition, les choses évoluent rapidement.

Processus de normalisation

D'autant plus que le processus de normalisation, tant attendu par les professionnels, s'est mis en marche. D'une part, le Comité de normalisation 31 de l'Agence française pour la normalisation (Afnor) a annoncé récemment la publication des normes Iso 18 000 relatives à l'identification par radiofréquence. D'autre part, les autorités européennes ont voté pour adopter les nouvelles règles de l'European Telecommunications Standards Institute (ETSI), attribuant aux lecteurs d'identification par radiofréquence une plage plus grande dans la bande (UHF).

Les normes 18 000 relatives à l'identification RFID normalisent trois outils de base : l'interface radiofréquence qui définit le mode de communication entre les étiquettes RFID et les interrogateurs ; l'identification unique d'étiquettes RFID garantissant la compatibilité des identifiants attribués par les différents fabricants de puces ; et la syntaxe des données pour partager l'accès aux informations d'une manière interopérable.

Quant aux nouvelles règles de l'Etsi, elles permettront aux lecteurs RFID d'opérer presque aussi bien que les lecteurs fonctionnant selon les règles de la commission de communication fédérale aux Etats-Unis. Avec l'Etsi 302-208, le nombre de canaux de lecture est ainsi passé de 1 à 15 et l'émission sera possible en 2 watts entre 865,6 et 867,6 MHz contre 0,5 MHz auparavant. Désormais, un lecteur peut lire un tag à plus de 5 mètres contre moins de 3 mètres auparavant...

Les nouvelles règles nécessiteront cependant une publication au Journal officiel des communautés européennes (JOCE) et une transcription dans les législations nationales. Encore quelques mois de patience !

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Un centre pour les hautes pressions dans le Val de Loire

Un centre pour les hautes pressions dans le Val de Loire

Installé à Contres (Loir-et-Cher), HPP Centre se propose de valoriser les produits alimentaires et agricoles grâce à la pasteurisation douce. -    Les avantages des hautes pressions hydrostatiques sont[…]

Fin d’un cycle chez Multivac

Carnet

Fin d’un cycle chez Multivac

Imprimerie Pyramidor monte en gamme avec MGI

Imprimerie Pyramidor monte en gamme avec MGI

Des précisions sur les plastiques interdits

Des précisions sur les plastiques interdits

Plus d'articles