Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Traçabilité 2004 : la France prend le train de la RFID

Gilles Solard

Sujets relatifs :

,
Le salon, premier rendez-vous français de la traçabilité, s'est tenu au Cnit-La Défense du 27 au 29 janvier dernier. La manifestation organisée par Exposium a remporté un réel succès.

Quelque 90 exposants, 4 366 visiteurs professionnels et 586 congressistes issus de secteurs d'activité variés ont participé à ce « premier événement transversal axé sur les transferts de technologies et d'information d'un secteur d'activité à l'autre ». Directement concernés pour des raisons de réglementation et de sécurité du consommateur, la distribution (14,5 %) et l'alimentaire (13 %) sont les premiers secteurs visiteurs. Suivi de près par les industries électroniques et informatiques (14 %). À noter également le pourcentage important de visiteurs issus du conseil et de la communication, dont le rôle reste déterminant dans la mise en place d'une politique de traçabilité ou dans la résolution d'une crise.

Et, de la prise de décision (44,5 % des visiteurs avaient une fonction de direction) jusqu'à la mise en oeuvre d'un système de traçabilité (39 % étaient ingénieurs ou cadres et 10 % chefs de projet), toutes les fonctions de l'entreprise concernées par le sujet étaient représentées. Le service contrôle, qualité et sécurité venait ainsi en première position (15 % des visiteurs), suivi par le service informatique et système d'information (13 %), la recherche et le développement (12 %), pour finir par le transport et la logistique (10 %).

Outre le salon proprement dit, les quelque 40 conférences ont fait salle comble. Celle concernant « La réglementation dans l'agroalimentaire » a ainsi enregistré le plus fort taux de participation, avec 110 congressistes. La présence du cabinet d'avocat Simmons & Simmons ainsi que celle de l'Afnor ont permis d'éclairer les participants sur les obligations prescrites par le règlement CE 178/2002 et la nécessité d'une normalisation de la traçabilité pour lutter contre les interprétations divergentes et favoriser une approche collective. Rappelons que ce règlement, publié au Journal Officiel du 28 janvier 2002 et qui entre en vigueur le 1er janvier 2005, stipule dans son article 18 que « la traçabilité des denrées alimentaires [...] est établie à toutes les étapes de la production, de la transformation et de la distribution. »

S'imposer sans coup férir

Les préoccupations de la profession sont nombreuses : optimisation de la chaîne logistique, suivi des procédés de fabrication, lutte contre le vol et la contrefaçon, gestion de la maintenance et du service après vente... Mais le sujet qui était sur toutes les lèvres durant ces trois jours a été l'identification par radiofréquence (RFID). Ce thème a fait l'objet de nombreux débats lors d'une journée de conférences organisée par notre confrère LSA, Gencod EAN France et Perifem. Le salon a notamment été l'occasion pour Gencod EAN France d'annoncer le lancement du tour de France « Traçabilité objectif 2005 » pour répondre aux questions des industriels sur le règlement CE 178/2002, et de rappeler l'implication de l'organisme dans la RFID. Cette dernière était également au centre des 2es Assises de la traçabilité, animées par Gérard-André Dessenne, du Pôle traçabilité de Valence. De son côté, l'exposant Printronix a présenté une étude européenne réalisée auprès de 125 détaillants en Europe. Réalisée par le cabinet Vanson Bourne, l'enquête montre que 41 % des détaillants européens prévoient la mise en place de pilotes RFID en 2004. « Les entreprises françaises sont particulièrement conscientes des avantages que leur procurera la technologie, puisque 50 % pensent que la chaîne de production gagnera en efficacité grâce à la RFID. Enfin, 60 % des entreprises françaises s'attendent à ce que, d'ici à 2006, plus de 50 % des palettes en provenance de leurs fournisseurs soient équipés d'étiquettes RFID », note l'étude.

Bref, on a bien senti dans les travées de Traçabilité 2004 que la RFID n'est plus un simple concept. Les sociétés IER, Cybernétix ou Athelia, pour ne citer que trois exposants parmi d'autres, ont d'ores et déjà accumulé une expérience significative dans l'intégration effective de solutions RFID dans les entreprises. Les visiteurs ont ainsi pu toucher du doigt des machines, des équipements ou des puces RFID conformes à des normes... qui ne sont pas finalisées. Ainsi, Philips faisait fonctionner une étiquette équipée d'une puce à ultra-haute fréquence (UHF). Psion Teklogix présentait une gamme de lecteurs RFID pour chaque fréquence. De son côté, le fabricant de puces RFID Tagsys présentait une étagère intelligente préfigurant le magasin du futur. Espérons que lors de la prochaine édition du salon, du 25 au 27 janvier 2005, les démonstrations se trouveront moins brouillées par les incessantes interférences des fréquences...

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Jungheinrich lance l’Ere 225i

Technologie

Jungheinrich lance l’Ere 225i

Ce transpalette porté debout est le premier du marché à être conçu autour de la batterie lithium-ion, gage de puissance et de compacité. - Plus petites que les batteries traditionnelles, plus puissantes[…]

L’omnicanal et l’environnement au cœur de la stratégie de FM Logistic

Economie circulaire

L’omnicanal et l’environnement au cœur de la stratégie de FM Logistic

Eternity Systems ouvre un centre logistique à Bompas

Economie circulaire

Eternity Systems ouvre un centre logistique à Bompas

19 lauréats pour l’édition 2021 de l’Oscar de l’emballage

Profession

19 lauréats pour l’édition 2021 de l’Oscar de l’emballage

Plus d'articles