Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Défaillance

Suite à des difficultés techniques, Safet est en quête d'un repreneur

AJ

Sujets relatifs :

,
 

Le message est pour le moins direct : « Notre société a rencontré des difficultés d'ordre technique durant l'année 2005 qui ont généré d'importantes tensions sur notre trésorerie et qui nous ont amené à solliciter une procédure collective de redressement judiciaire auprès du tribunal de commerce de Nanterre afin de nous permettre de poursuivre nos activités. » C'est ainsi que la direction des achats de Safet, l'un des derniers fabricants indépendants d'emballages métalliques tels que boîtes, aérosols et autres bidons et qui est également présent dans le plastique pour 10% de son activité, informe, par courrier, ses fournisseurs de sa situation actuelle. En fait, en 2005, la société établie à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine), qui a réalisé un chiffre d'affaires de 55 millions d'euros pour 528 salariés, a dû accélérer les travaux de mise en conformité avec les normes environnementales de son imprimerie de Verneuil-sur-Avre (Eure), son site le plus important avec un effectif de 320 personnes. De l'ordre de 3 millions d'euros, l'investissement consistait à remplacer douze lignes monochromes d'impression sur fer-blanc par trois lignes polychromes, l'une d'entre elles intégrant un incinérateur de solvants, les deux autres des équipements de séchage UV. Mais une mise en service plus longue que prévue a contraint Safet à sous-traiter certaines productions durant plusieurs mois. L'entreprise, dans le rouge en 2003 et 2004, a donc vu ses comptes sérieusement déséquilibrés. L'issue était donc inéluctable : propriété de la famille Poline, avec parmi ses actionnaires Arcelor Packaging International, Safet a été placé en redressement judiciaire le 31 janvier dernier. L'entreprise bénéficie d'une période d'observation de quatre mois. Mais l'administrateur judiciaire a « opté pour la cession de la société », indique son Pdg, Philippe Lecat, qui en poste depuis janvier dernier, « ne pense pas opportun d'expliquer publiquement les raisons » de la situation. Les candidats à la reprise ont jusqu'au 24 mars pour déposer leur offre. Après l'arrivée de Ball dans les aérosols avec le rachat des activités américaines d'US Can, la recomposition du secteur se poursuit.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Les boîtiers d’aérosol en mal d’aluminium recyclé

Profession

Les boîtiers d’aérosol en mal d’aluminium recyclé

Aerobal observe une demande croissante pour intégrer de l’aluminium recyclé pour les boîtiers d’aérosol. Mais la filière fait face à une pénurie et ne peut qu’inciter les[…]

Face au Covid, l’aérosol s’est affaibli en 2020

Résultats

Face au Covid, l’aérosol s’est affaibli en 2020

RxPack, nouvel acteur de l’aérosol pharmaceutique

Stratégie

RxPack, nouvel acteur de l’aérosol pharmaceutique

Pas d’édition 2021 pour ADF, PCD et PLD

Rendez-vous

Pas d’édition 2021 pour ADF, PCD et PLD

Plus d'articles