Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Décryptage

Substitution des solvants,un enjeu très technique

Sous l'impulsion de réglementations européennes et françaises, l'industrie chimique et parachimique investit pour substituer les produits les plus dangereux pour l'homme et l'environnement et redorer le blason des produits chimiques.

Un solvant est un liquide qui a pour fonction de solubiliser des composés afin d'en simplifier l'utilisation. Les solvants sont utilisés dans un grand nombre d'applications, telles que la peinture, les vernis, les colles, les détergents... Ils servent également à la fabrication, entre autres, des produits phytosanitaires, cosmétiques et pharmaceutiques. Malheureusement, un bon nombre de solvants sont irritants, nocifs, toxiques ou inflammables.

La substitution des solvants préoccupants

La société Alcimed accompagne aujourd'hui les grands groupes européens de la chimie dans leur réflexion sur les solvants, afin d'anticiper les contraintes réglementaires et de saisir les opportunités qui en découlent en termes de nouveaux marchés.

En effet, alors que les réglementations cherchent à limiter l'usage des solvants les plus préoccupants, les industriels, pour s'y conformer, appliquent l'une des trois solutions suivantes :

- la substitution par des solvants moins préoccupants,

- l'utilisation de « solvants verts » qui sont des solvants ayant un faible impact sur l'homme et l'environnement,

- la mise au point de technologies sans solvant.

La substitution par des solvants moins préoccupants est généralement la voie la plus simple et la moins coûteuse, même si cela n'est pas toujours applicable, en raison de contraintes techniques. En outre, l'émergence de nouvelles réglementations oblige à un changement régulier des solvants, ce qui rend cette solution non pérenne. Par exemple, lorsque le benzène a été interdit, le toluène l'a remplacé. Et aujourd'hui le toluène est substitué par des xylènes ou des solvants oxygénés. Or il est très probable que, d'ici quelques années, ces xylènes et certains solvants oxygénés fassent également l'objet de réglementations.

Solvants verts et technologies sans solvant

La substitution des solvants n'étant pas une solution pérenne, les industriels investissent aujourd'hui dans la mise au point d'innovations de rupture : par exemple, l'utilisation de solvants verts, tels que l'eau, ou le passage à des technologies sans solvant. Les technologies sans solvant, ou avec peu de solvant, s'inscrivent dans une dynamique de croissance forte. Il s'agit par exemple du « powder coating », dans le secteur de la peinture automobile, ou des colles à haut extrait sec.

Les solvants verts s'inscrivent dans le concept de chimie verte, ou chimie durable, c'est-à-dire une chimie plus respectueuse de l'environnement. Un grand nombre d'acteurs du secteur de la chimie sont impliqués aujourd'hui dans cette démarche. Par exemple, l'allemand BASF utilise, pour certains procédés de fabrication, des liquides ioniques en lieu et place des solvants traditionnels. Il s'agit notamment du procédé Basil, qui est utilisé pour produire des dérivés du phosphore. Des acteurs français, tels que Rhodia sont également engagés dans cette voie.

Formulations aqueuses

Cependant, les liquides ioniques ne sont pas encore très utilisés et le principal solvant vert, en termes de consommation, reste l'eau. L'eau est aujourd'hui le solvant de 60 % des peintures décoratives en France et de 80 % dans les pays nordiques. On retrouve également l'eau dans des formulations de colles et des procédés de l'industrie chimique. Cette transition vers des formulations aqueuses a demandé un effort important de recherche. Néanmoins, l'eau ne deviendra pas le solvant universel car ses propriétés ne peuvent pas convenir à l'ensemble des applications.

En ce qui concerne les agro-solvants, tels que les esters d'huiles végétales ou les esters d'acides fermentaires, ils sont utilisés aujourd'hui dans des encres pour l'imprimerie, dans des formulations de produits phytosanitaires et également pour des applications de nettoyage de surface dans l'industrie. Néanmoins, ces agro-solvants ne peuvent pas se substituer à tous les solvants, pour des raisons techniques et économiques. Beaucoup de travail reste à faire et les solvants aqueux ont des parts de marché très importantes dans certains secteurs. Néanmoins, l'offre de solvants verts existante ne permet pas de répondre au cahier des charges de toutes les applications. Il faudra donc développer de nouveaux solvants verts ou de nouvelles technologies sans solvant.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


offres d’emploi
Toutes les offres d’emploi
PREPARATEUR DE COMMANDES H/F

Saint-Pierre-en-Faucigny

Responsable logistique H/F

Charleville-Mézières

Nous vous recommandons

Azur adhésifs lance son propre studio

Stratégie

Azur adhésifs lance son propre studio

Le fabricant d’étiquettes promet davantage de rapidité et efficience à ses clients pour des prix compétitifs. - Retravailler des fichiers, car ils ne correspondent pas aux exigences des machines[…]

10/09/2021 | IndustrieImpression
Alpla se renforce en Europe centrale et du Sud-Est

Acquisitions

Alpla se renforce en Europe centrale et du Sud-Est

Tournaire se concentre sur l’emballage

Acquisitions

Tournaire se concentre sur l’emballage

Schur Flexibles poursuit son expansion en Italie

Acquisitions

Schur Flexibles poursuit son expansion en Italie

Plus d'articles