Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

stratégie MitSiu reprend la Société d'embouteillage du Dehez

Henri Saporta

Sujets relatifs :

,
Prestataire de services dans la filière des vins et alcools, MitSiu change de dimension avec la reprise de la filiale d'embouteillage bordelaise de Val d'Orbieu.

En reprenant, en mars dernier, la Société d'embouteillage du Dehez (SED) implantée à Blanquefort (Gironde) dans la proche banlieue de Bordeaux, MitSiu a frappé un grand coup. Spécialisé dans la prestation de services dans les secteurs des vins et spiritueux, MitSiu a été fondé en 1998 par Jean-Luc Darfeuille (lire Carnet page 39) avec cinq métiers en portefeuille : entreposer, embouteiller, conditionner, distribuer, conseiller-former.

Une prestation complète du stockage à l'expédition des caisses de vins. Et la reprise de la SED est une opération de croissance externe majeure : MitSiu a réalisé un chiffre d'affaires de moins de 10 millions d'euros en 2002 et attend une progression à plus de 17 millions d'euros cette année. Et multiplie par sept sa capacité d'embouteillage.

Jean-Luc Darfeuille le dit avec satisfaction : MitSiu n'a jamais perdu d'argent et s'est toujours financé avec du crédit à court terme. Mais difficile d'en savoir plus sur les modalités d'acquisition de la SED. Une chose est sûre : MitSiu a passé un contrat de prestation de services avec Val d'Orbieu, le vendeur, sur une longue durée afin d'assurer au site une activité de transition.

Par ailleurs, le comité d'entreprise a accepté la reprise, alors que les salariés étaient très inquiets pour leur avenir dans un contexte social difficile.

Six chaînes

Cette reprise est donc un grand coup qui demande à être transformé. D'autant que la Société d'embouteillage du Dehez (SED) a un passé lourd de péripéties et traîne une mauvaise réputation. Le dernier propriétaire, Listel Val d'Orbieu, a repris le site en 1990 et n'a jamais réussi à le rentabiliser avec sa propre production. C'est que ce site de 10 hectares affiche un potentiel énorme. En capacité d'embouteillage, la SED abrite deux chaînes de 12 000 cols par heure, deux chaînes de 6 000, une chaîne de 3 000 et une chaîne de quart aviation. En capacité de stockage, le site dispose de 170 000 hectos de cuverie et d'un chai à barriques. De quoi traiter les très grandes séries de vins de négociants et de marques mais aussi les petites productions de châteaux. Ou encore les lancements innovants et les marchés tests.

Selon Jean-Luc Darfeuille, « la capacité du site répond à tous les besoins en matière d'embouteillage. » Et toutes les garanties « en termes de sécurité et de traçabilité ». Un oenologue suit la qualité des vins et conseille les clients sur les assemblages. Le site dispose également du WineScan du danois Foss qui « permet d'établir la signature d'un vin en quelques secondes ». Et compte tenu de la complexité qui caractérise les filières de conditionnement du vin aujourd'hui, « le recours a un prestataire local ne peut que simplifier les choses ». Jean-Luc Darfeuille surveille d'ailleurs « avec attention » l'évolution de la réglementation relative au lieu de conditionnement : si rien n'oblige aujourd'hui un bordeaux à être conditionné à Bordeaux voire même en France, il pourrait en être tout autrement demain. Comme pour les autres produits agroalimentaires bénéficiant d'une appellation d'origine contrôlée (AOC).

Vers le Languedoc aussi...

C'est d'ailleurs dans cette perspective que MitSiu négocie avec Janson Industrie pour entrer dans le capital de Gransud Conditionnement établi à Narbonne (Aude). Un pied dans le Bordelais et un pied dans le Langedoc : MitSiu verrait ainsi venir sans crainte l'évolution de la réglementation. En ce qui concerne le conditionnement mobile qui permet de traiter les AOC conditionnées au château, le patron de MitSiu se montre plus circonspect. « Il y a déjà une centaine de camions en activité dans la région bordelaise et les prix sont vraiment très bas. Or, nous devons obligatoirement aller sur le haut de gamme afin d'être complémentaires avec notre outil et ce n'est pas compatible avec des prix bas. Donc, pour le moment, j'attends... Mais je regarde car c'est le maillon manquant de notre offre », lance Jean-Luc Darfeuille. Qui peut se monter patient : MitSiu est désormais le premier - et de loin - prestataire de services de la région bordelaise.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Burgopak sécurise l’étui

Sécurité sanitaire

Burgopak sécurise l’étui

Le spécialiste de l’emballage coulissant lance Duallok CR3, une boîte à l’épreuve des enfants, dédiée aux produits dangereux comme les e-liquides et la marijuana. - Un million[…]

Léa Nature investit encore pour la cosmétique bio

Léa Nature investit encore pour la cosmétique bio

La Banque de France investit dans le conditionnement

La Banque de France investit dans le conditionnement

Tranzit Food trie les volailles avec Ishida

Tranzit Food trie les volailles avec Ishida

Plus d'articles