Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Sig dévoile le Combishape à l'Anuga...

AJ
 

Lors du salon Anuga FoodTec qui s'est tenu à Cologne (Allemagne) du 8 au 11 avril, le suisse SIG Combiloc a frappé fort en présentant son Combishape. Ce système permet à la brique de se libérer du parallélépipède traditionnel et d'adopter une forme personnalisée, sans angle trop marqué cependant. « Tout est possible », annonce Rolf-Dieter Rademacher, le président du deuxième fournisseur de machines pour le formage, le remplissage et le bouchage de briques de boissons aseptiques en carton. « Briques ovales, en demi-lune, triangulaires, carrées, pentagonales ou même octogonales, avec Combishape, poursuit-il, le produit se distingue par un design unique. » Signe de l'intérêt suscité par le suisse, de nombreux représentants de la concurrence se bousculaient sur son stand pour découvrir cette innovation. Et ne tarissaient pas d'éloges sur le concept, tout en s'interrogeant, évidemment, sur son avenir commercial.

Fond séparé. Combishape est doté d'un fond séparé pouvant accueillir différents corps, qui détermine sa forme globale. Le fond, le corps et le sommet, des complexes de carton, polyéthylène et aluminium selon le produit concerné et les exigences à remplir, constituent les éléments de base de ce nouvel emballage. Un nouveau système de fermeture baptisé shapeTwist, comprenant un adaptateur, une languette métallisée et un bouchon à vis, complète l'ensemble. Le corps est fabriqué à partir de rouleaux imprimés et non plus d'étuis plats préformés comme pour le système Combibloc. Toutes les formes sont disponibles pour différents volumes de remplissage, de la simple canette à la brique familiale d'un litre.

Système de fermeture. Côté fabrication, l'adaptateur du système de fermeture shapeTwist est tout d'abord inséré du côté intérieur de l'emballage dans un trou aménagé au préalable, afin d'être scellé. Ensuite, la découpe de l'emballage est détachée du rouleau d'étuis et scellée à son tour à l'aide d'une soudure longitudinale pour obtenir le corps. Parallèlement, des presses confèrent au fond et au sommet de la brique leurs formes définitives. Le corps et le sommet sont ensuite scellés à un manchon, puis au fond pour former l'emballage définitif. Sur le poste de transfert suivant, une languette est appliquée sur chaque adaptateur. Puis les emballages sont acheminés du poste de traitement du corps à une bande vers le poste de remplissage à quatre bandes. Dans la zone dite aseptique, la machine verse dans l'emballage stérilisé le produit, à travers l'adaptateur. Après le remplissage, le bidon est fermé par une languette et doté d'un bouchon à vis. La ligne fonctionne à une cadence de 10 000 unités par heure. Elle coûtera environ 20 % plus cher qu'une ligne classique. Plusieurs installations sont en test chez des producteurs européens de lait et de jus de fruits, dont SIG Combibloc préfère taire les noms. L'alsacien Réa (Eckes-Granini) en serait.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Guala Closures va reprendre Closurelogic

Acquisitions

Guala Closures va reprendre Closurelogic

En reprenant les actifs du bouchonnier allemand, le spécialiste italien des capsules en aluminium veut se renforcer sur le marché des boissons et de l’eau. - Le groupe italien Guala Closures annonce l’acquisition des[…]

08/01/2020 | BouchagesEau
Serac salué d’un Oscar de l’emballage

Concours

Serac salué d’un Oscar de l’emballage

Des bouchons attachés chez Bericap

Stratégie

Des bouchons attachés chez Bericap

Amorim lance la marque Co2rk Retention

Amorim lance la marque Co2rk Retention

Plus d'articles