Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Sidel réduit la voilure

Tiziano Polito

Sujets relatifs :

,
Pour faire face à une baisse de la demande et à une chute des prix des machines, le groupe français réduit ses coûts de structure. Les solutions envisagées passent par un regroupement des activités, des fermetures d'usines notamment à l'étranger et des suppressions d'emplois.

Avis de gros temps sur Sidel (Tetra Laval). Le groupe havrais, spécialisé dans les solutions pour le conditionnement des liquides en emballages en plastique, a annoncé un plan de restructuration de ses activités industrielles avec à la clé une baisse de ses effectifs de 15 %, soit 570 emplois sur 3 800. Objectif : réduire les coûts de structure de 20 % pour faire face à la crise du marché. Comme l'explique Bertrand Guillet, responsable de la communication de l'entreprise : « Nous assistons depuis 2002 à un double phénomène caractérisé, d'une part, par une baisse de la demande en volume et, d'autre part, par une chute des prix de l'ordre de 20 à 25 % ». En l'occurrence, si les machines de soufflage sont devenues plus performantes, ce qui veut dire qu'il en faut moins pour produire plus, il est vrai aussi que la concurrence que se livrent les trois ténors du marché - Sidel, Krones et Sig - a eu comme effet principal de tirer les prix vers le bas.

Pôle d'excellence

Bâti à coups de croissance externe, Sidel, qui compte actuellement une vingtaine de sites industriels, est donc aujourd'hui contraint d'adapter sa structure à la nouvelle configuration du marché. « Ce plan est aussi une opportunité pour regrouper les sites autour de pôles d'excellence », note Bertrand Guillet. Le projet de réorganisation n'épargnera pas les deux usines historiques du groupe, celles d'Octeville-sur-Mer et du Havre, en Seine-Maritime, qui emploient 1 075 personnes. Cent quatre vingt trois licenciements sont prévus. Ce qui n'est pas sans influer sur le fonctionnement des deux sites. Les activités relatives au soufflage (« blowing ») continueront ainsi d'être coordonnées par le site d'Octeville, mais le remplissage (« filling ») sera transféré à l'usine de Parme (Italie).

A l'international, Sidel a décidé en revanche de fermer son usine de Bradenton, en Floride (Etats-Unis), qui fabrique des alimentateurs de bouchons (cap-feeders).

Cette activité sera rapatriée à Reichstett (Bas-Rhin) où le groupe a établi son pôle convoyage. L'unité de Sao Paulo, au Brésil, sera quant à elle complètement redimensionnée. Sidel envisage d'y arrêter la production de machines de soufflage mais de maintenir l'infrastructure technique et commerciale. Les activités de convoyage seront, en revanche, transférées sur le site de Santiago du Chili. Résultat des courses : deux usines sur quatre sur le continent américain disparaîtront.

Sidel, qui attend beaucoup de ces mesures pour se relancer sur le marché, dévoilera une nouvelle gamme de machines à partir de 2005.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Coval réinvente ses cartouches

Coval réinvente ses cartouches

Le spécialiste de la manutention par le vide lance la CVPC. - Un maximum de performance dans un minimum d’espace (et de poids) : tel pourrait être le portrait-robot de la CVPC, la dernière cartouche de vide[…]

Pari réussi pour l’Usine extraordinaire

Agenda

Pari réussi pour l’Usine extraordinaire

Matthews se renforce dans le façonnage d’imprimés

Matthews se renforce dans le façonnage d’imprimés

Des AGV pour la préparation de commande

Des AGV pour la préparation de commande

Plus d'articles