Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Serac décline sa stratégie d'innovation à l'échelle mondiale

NICOLE GEVAERT

Sujets relatifs :

,
Avec sa logique d'entreprenariat tous azimuts en déportant savoir faire et autonomie, Sérac, qui bénéficie ainsi de la créativité de collaborateurs multiculturels, est un expert majeur du marché mondial des machines aseptiques de remplissage-bouchage : une gamme de technologies éprouvées pour une vocation généraliste et de sur mesure.

C'est de sa filiale malaisienne que Wilfrid Marie, vice-président de Serac, livre les axes de développement de ce spécialiste français des machines de conditionnement qui réalise 85% de ses ventes à l'étranger : « On a résisté à la tentation jacobine qui consiste à implanter des usines à l'étranger où l'on applique à la lettre ce qui se fait en France. On a préféré éclater notre système en différents centres de compétences où chacun gère sa spécificité en produits ou en marchés ». Spécialiste des lignes de remplissage et de bouchage aseptiques pour liquides plats et poudres, l'entreprise livre 60 à 70% le marché de l'alimentaire, le reste se répartissant entre le non alimentaire et les produits santé-beauté. Une activité qui tient de l'héritage du fondateur, Jean-Jacques Graffin qui a brillamment organisé sa succession : passant d'une société anonyme (SA) à une société par actions simplifiée (SAS), il a transmis le flambeau à ses cadres qui constituent aujourd'hui le directoire. Il maintient son indépendance et la majorité familiale dans le conseil de surveillance. Avec une production annuelle de 60 à 80 machines, Serac ne revendique pas de produit phare. « Contrairement à nos concurrents qui se sont employés à développer des machines en amont et en aval, notre savoir-faire réside dans l'expertise : cibler les marchés avec la meilleur définition en termes de machines et de services. Aucune comparaison entre une machine pour le lait et une autre pour phytosanitaires : chaque ligne est adaptée en fonction des besoins ». Créativité multiculturelle Ainsi Serac France fabrique le coeur des machines de dosage-pesage, une base standard à partir de laquelle chaque filiale conçoit l'adaptation qui sera façonnée au travers d'un réseau mondial de sous-traitants. Conserver cette diversité et cette maîtrise nécessite une vraie culture managériale : déléguer, fédérer... toutes les filiales de production du groupe communiquent entre elles sur une même base technique, en France comme au Brésil, en Espagne ou encore aux Etats-Unis. Dépositaires de leurs standards, elles ont toute autonomie de décision sur les gammes de produits, « ce qui permet au groupe de bénéficier d'une créativité multiculturelle ». Mais cette stratégie à un coût. Si l'entreprise débourse peu en matériel et autres équipements, c'est en hommes et en recherche et développement (R&D) qu'elle investit. Une personne sur quatre est à la conception en bureau d'étude de mécanique et d'outillage : « on recrute localement des postes à forte qualification, c'est difficile, on a besoin de profils identiques et de les faire bouger... là, on se heurte tout de suite aux problèmes du droit social de l'immigration. Ainsi Serac est contraint à l'innovation constante, c'est là toute sa valeur ajoutée. Les résultat sont à l'avenant : plus de 70% de progression des ventes en cinq ans, soit une moyenne annuelle de 7 à 8%. Une performance à saluer au regard des dernières statistiques du syndicat des constructeurs de machines pour l'emballage et le conditionnement (Scipag-Embalco) : soit, pour 2006, une chute de 10% des facturations dont une régression sensible (-17%) des produits alimentaires liquides. Sans compter l'effectif en retrait, alors que l'affaire familiale sarthoise embauche, en moyenne, quelque 40 personne par an. Quant à sa clientèle, le hit parade change chaque année : son plus gros client ne dépasse guère les 10% ; les vingt plus importants représentent 50% des ventes. Une indépendance complétée par une politique d'engagement de suivi : « Etre une entreprise qui tient sa parole, ce n'est pas un vain mot. Garantie de déficience, de livraison, le commercial est un élément important au Japon comme en Chine ». Et à long terme, c'est la pérénité de l'entreprise qui se renforce. Des notions qui n'ont pas échappées à Renaud Dutreil, alors ministre des PME, qui a remis à Serac, en mars dernier, le prix national de l'ambition dans la catégorie internationale.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Mondi est ambitieux dans la crème glacée

Mondi est ambitieux dans la crème glacée

Après le rachat du turc Kalenobel, le groupe d’emballage s’active sur ce marché. - En absorbant le fabricant turc d’emballages souples Kalenobel en juillet 2016, le groupe Mondi est arrivé sur le[…]

14/12/2018 | PapierCarton plat
Guy Demarle met sous vide à domicile

Guy Demarle met sous vide à domicile

Multivac agrandit l’usine d’Enger

Multivac agrandit l’usine d’Enger

Un Livre blanc pour le carton ondulé

Un Livre blanc pour le carton ondulé

Plus d'articles