Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Selon PSFE, l'emballage souple aborde une nouvelle phase de concentration

HS

Les concentrations restent à venir ! Le patron de Pechiney Soplaril Flexible Europe (PSFE), qui fédère l'emballage souple du français Pechiney en Europe, et actuel Président de l'Union nationale des industries de transformation des emballages souples (Unites), Jean-Pierre Pignet sait de quoi il parle. Fort de treize années d'expérience dans ce secteur, il vient de mettre la dernière main à la fusion de Soplaril (Lire Ei 69 et EM 584) et de l'emballage souple de Pechiney. Un gros chantier qui donne naissance à un ensemble de treize sites générant un chiffre d'affaires de 400 millions d'euros. Un gros chantier également car c'est le rapprochement de deux cultures différentes aux savoir-faire complémentaires : celui de Soplaril, issu d'Atofina, dans la plasturgie, et de Pechiney, très fort dans l'aluminium. Un ensemble présent dans le Sud qui ne demande qu'à remonter vers le Nord. C'est pourquoi la cession de l'emballage souple de Vaw dans le cadre de la reprise par Norsk Hydro (Lire 601) ouvre une perspective attrayante. Mais Jean-Pierre Pignet va plus loin : « Avec 350 à 400 acteurs, l'emballage souple est très segmenté. Les dix premiers font 6O % de l'activité. C'est un monde en changement rapide qui a besoin d'une concentration rapide. » D'autant que l'environnement se fait très dur avec des fournisseurs et des clients beaucoup plus importants. Sans compter le poids de la distribution... « Il est nécessaire d'être un peu plus gros pour pouvoir suivre », résume Jean-Pierre Pignet. Qui ajoute une tendance aggravante : « Le développement des achats sur Internet est un facteur d'accélération de la globalisation. Le risque est, dans le cas d'un appel d'offre mondial dans lequel on ne connaît pas tous les offreurs, de voir les prix tirés vers le bas. Si l'acheteur peut s'y retrouver dans les prix, il peut se poser à terme un problème d'appauvrissement de l'offre et de maintien de la qualité. » Reste que la chance de l'emballage souple est de s'adresser à un très grand nombre de marchés aux besoins très divers en termes de séries et de complexité : « Pour préserver cette richesse, il est faut être un très bon multispécialiste tout en cherchant l'excellence dans certaines spécialités. » Et pas question de s'enchaîner à un client : équipementier, oui ; sous-traitant, non.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Rohm and Haas réduit la voilure

Rohm and Haas réduit la voilure

Couper dans les coûts pour mieux résister face à la crise. Rohm and Haas, parmi beaucoup d'autres, fait sien ce credo en annonçant un plan d'économies de 90 millions de dollars (70 millions d'euros) pour 2009. Parmi les mesures envisagées par le[…]

09/02/2009
RPC Moirans approuvé par l'ONU

RPC Moirans approuvé par l'ONU

Impress signe avec Megasa

Impress signe avec Megasa

Greiner cède ses boîtes composites

Greiner cède ses boîtes composites

Plus d'articles