Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Dossier

Quelle technologie choisir ?

Gilles Solard

Sujets relatifs :

, ,
L'actualité brûlante, c'est le marquage des palettes au standard EAN 128 avant le 1er janvier 2005. Beaucoup d'industriels en sont conscients et la distribution l'attend. La traçabilité galvanise aujourd'hui l'activité du marquage mais élargit également le champ des technologies.

La traçabilité a envahi le champ du marquage et de l'identification. L'acte de marquer un produit de grande consommation d'une date limite de consommation (DLC) ou d'un code à barres produit s'était presque banalisé depuis les années 1970. Or, depuis quelques mois, le code à barres est de nouveau l'objet d'une profusion de demandes en tout genre de la part des industriels de l'agroalimentaire. La cause ? L'approche de l'application, le 1er janvier 2005, du règlement européen 178/2002 sur la sécurité alimentaire instaurant, à l'article 18, une obligation générale de traçabilité dans les chaînes d'approvisionnement. Cette obligation répond à un objectif précis qui est d'assurer un retrait ou un rappel rapide et efficace du marché d'une denrée alimentaire ou d'un aliment pour animaux qui ne répond pas aux obligations de sécurité.

L'article 18 « crée une obligation de résultats et non une obligation de moyens », rappelle Gencod EAN France qui recommande néanmoins fortement l'emploi d'une étiquette EAN 128 sur les palettes, voire sur les cartons. Selon cet organisme, qui a réalisé une étude sur la traçabilité auprès de 400 entreprises après un tour de France au 1er semestre 2004, un quart seulement des entreprises marquent aujourd'hui leurs palettes. Mais 80 % d'entre elles affirment qu'elles seront en mesure de le faire d'ici à la fin de l'année.

Avis d'expédition électronique

Il y a donc du pain sur la planche, notamment dans les petites et moyennes entreprises (PME). Car, outre la mise en oeuvre de l'étiquette qui ne s'avère pas si simple, se pose la question d'émettre l'avis d'expédition électronique par des échanges électroniques de données (EDI) et, chez le destinataire, de l'intégrer dans son système d'information. Or, 24 % seulement des fournisseurs envoient leur avis d'expédition par voie électronique. Et 36 % seulement auront ce système de transmission d'ici à 2004...

Reste que l'EAN 128 n'est pas la seule problématique de marquage des entreprises industrielles. Dans l'industrie, le laser permet également d'obtenir un marquage de meilleure qualité que le traditionnel jet d'encre pour les emballages primaires. La Food & Drug Administration (FDA) américaine recommande désormais le marquage de codes à barres - et leur relecture - sur certains médicaments humains et les produits biologiques. En outre, de plus en plus de minéraliers s'y convertissent et le phénomène commence à s'étendre dans le monde des produits frais. Demain, « l'utilisation de revêtements thermo-chromiquement sensibles au rayon laser ouvrira le champ du marquage en couleur », explique Domino, dont les ventes d'imprimantes laser ont augmenté de 27 % en 2003. Le marché du marquage au jet d'encre n'est pas pour autant moribond. Il retrouve une seconde jeunesse dans les applications liées aux jeux ou « gaming ». Et le transfert thermique fait fureur dans l'emballage souple.

Bref, le monde du marquage et de l'étiquetage se porte plutôt bien. Les industriels se posent cependant une question : dans quelles technologies investir à long terme ? A l'heure des choix qui s'imposent aujourd'hui, on peut répondre : dans toutes. Car les logiciels de traçabilité, comme Legitrack d'Eticoncept ou Etix d'Imaje pour ne citer que ces deux-là, permettent d'interfacer les machines de marquage, quelle que soit la technique ou la marque, aux systèmes d'information des entreprises. Un marché qui s'envole aussi. « Plus de 50 sites de production ont mis en place Legitrack depuis 3 ans », indique Guy Collonge, directeur général d'Eticoncept. Une tendance qui se prolongera largement au-delà du 1er janvier 2005.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Ishida prend soin des sticks pour apéritifs

Ishida prend soin des sticks pour apéritifs

L’équipementier lance une peseuse associative dédiée à ces produits longs et fragiles. - CCW-RV-216W-1S-20-SS-STK1 : tel est le nom de baptême de la dernière peseuse associative d’Ishida[…]

Delacre poursuit ses éditions caritatives

Delacre poursuit ses éditions caritatives

Sub accompagne Jordans vers les plus jeunes

Sub accompagne Jordans vers les plus jeunes

La plasturgie au cœur de l'actualité

Agenda

La plasturgie au cœur de l'actualité

Plus d'articles