Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Investissements

Pour contrer Carlyle, Otor dénonce le pacte d'actionnaires en justice

HS

Sujets relatifs :

, ,
 

Que s'est-il passé entre juin et septembre 2001 ? Dans le conflit qui oppose les actionnaires fondateurs du cartonnier français Otor et le fonds d'investissements Carlyle (Lire EI 13, EM 593, 607), l'été 2001 marque un retournement total dans les relations qu'entretiennent les deux parties. Des relations entamées en juin 2000 quand Carlyle et Otor, entreprise cotée, signent un pacte d'actionnaires. Dans le cadre de la recapitalisation de l'entreprise qui traverse alors une passe difficile, Carlyle prend 21 % d'Otor Finance qui détient 80 % d'Otor. Cet engagement est assorti d'une clause de redressement de l'entreprise. Un redressement effectif dès 2000. Directrice générale d'Otor, Michèle Bouvier explique : « En juin 2001, Carlyle était d'accord pour prolonger Jean-Yves Bacques, président d'Otor, au-delà de ses 65 ans pour assurer la continuité de l'entreprise à moyen terme. Or, lors du conseil d'administration de septembre, Carlyle a demandé à Jean-Yves Bacques de partir. Immédiatement... Comme nous avons refusé, Carlyle a expliqué qu'il vendrait ses obligations convertibles par anticipation pour prendre le contrôle de l'entreprise ». Une opération que Carlyle considère comme permise par le pacte si les résultats ne sont pas au rendez-vous. C'est là que le bât blesse. Alors que Carlyle laisse entendre que les résultats d'Otor sont mauvais, Michèle Bouvier dément catégoriquement : « Nos résultats, qui seront publiés le 27 mars, montrent une stabilité du chiffre d'affaires, une diminution importante de notre endettement et un retour aux bénéfices. Ces résultats corrects sont en phase avec notre stratégie. » Pour Michèle Bouvier, la volonté de Carlyle est claire : il s'agit, pour le fonds d'investissements, de prendre le contrôle d'une entreprise redevenue intéressante. Surtout quand La Rochette, plus petit qu'Otor, fait l'objet d'une lutte entre Mondi (Anglo American) et Saica ! Cette stratégie n'étant pas conforme, selon Otor, au pacte, l'entreprise le dénonce en justice : « Comme l'assignation est enrôlée, la Commission des opérations de Bourse (Cob) nous a demandé de publier cette information. » Dont acte. Michèle Bouvier de conclure : « Le putsch de Carlyle va contre l'intérêt d'Otor. Nos salariés ont été très choqués. Nous voulons nous battre pour défendre les intérêts de notre entreprise. »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Trois Ishida de plus pour Bryans Salads

Investissements

Trois Ishida de plus pour Bryans Salads

L’unique producteur britannique de salades de quatrième gamme a fait, une fois de plus, confiance au leader mondial du pesage associatif. -  Chères mais très compétitives : le jugement de Jon Bragg sur les[…]

30/11/2020 | Pesage-Dosage
Marceau vérifie les palettes chez Dossin Entrepôt

Investissements

Marceau vérifie les palettes chez Dossin Entrepôt

Une nouvelle usine Refresco au Quesnoy

Investissements

Une nouvelle usine Refresco au Quesnoy

ASV Packaging mise sur les barquettes Halopack

Economie circulaire

ASV Packaging mise sur les barquettes Halopack

Plus d'articles