Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Polypap met des bouquets de fleurs dans les distributeurs avec Bouquett'O

HS

Sujets relatifs :

 

U n distributeur automatique pour fleurs coupées ? L'idée semble faire son chemin... en France. Commercialisé en Europe par Polypap établi à Beaumont-Monteux (Drôme), un appareil mis au point par un spécialiste italien de la distribution automatique a été mis en service dans un hôpital à Annecy (Haute-Savoie), devant la vitrine d'un fleuriste sur un grand boulevard au Havre (Seine-Maritime) et à l'aéroport de Montpellier-Fréjorgues à Maguio (Hérault). En fait, le système est déjà présent depuis plusieurs semaines en Italie, notamment dans les aéroports de Milan et Bergame, dans des cliniques en Espagne et des kiosques en Russie. Doté d'un régulateur de température allant de 8 à 16 degrès, le distributeur, qui vaut de 15 000 à 24 000 euros selon le modèle, se présente sous la forme classique d'une vitrine à l'intérieur de laquelle sont vendus des bouquets dont le prix varie de 10 à 30 euros. Ces bouquets sont présentés dans une réserve d'eau afin d'assurer une conservation de plusieurs jours. Il s'agit en réalité d'une exploitation du vase Bouquett'O breveté il y a maintenant dix ans par Polypap. Dont quelque 8 millions de pièces sont écoulées chaque année. L'entreprise est, en effet, devenu au fil des années un spécialiste de l'emballage des fleurs ainsi que de la mécanisation du conditionnement. Présent en Espagne, en Italie et au Canada, Polypap emploie 42 salariés pour un chiffre d'affaires de 6 millions d'euros. Son Pdg, Philippe Charrin cherche à se développer selon trois axes : « la vente des Bouquett'O, la formation des fleuristes à l'utilisation de Bouquett'O et la diversification des filières de vente. » D'expliquer : « l'appareil permet de vendre des fleurs dans des endroits où un commerce ne serait pas rentable. Il peut aussi être placé devant un fleuriste, ce qui lui permet de fermer plus tôt sa boutique ». De préciser : « Pour un fleuriste, ce distributeur constitue seulement un complément de revenu » car « il faudrait quinze machines pour réaliser l'équivalent du chiffre d'affaires. » A Montpellier, la machine est ainsi exploitée par un fleuriste qui, établi à Prades-le-Lez, peut toucher une clientèle de passage. Très confiant avec plus 60 machines déjà placées en Europe, Philippe Charrin affirme rencontrer un acceuil très favorable : « nous devrions écouler en France au minimum une centaine de machine dès 2005. »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

L’automatisation de l’emballage permet de réduire l’impact de la pandémie

Publi-Rédactionnel

L’automatisation de l’emballage permet de réduire l’impact de la pandémie

Les entreprises du e-commerce se sont appuyées sur les solutions d’emballage automatisé pour faire face aux pics d’activité et à la pénurie de main-d’œuvre causée par[…]

01/04/2021 |
Un nouveau président chez B&R

Carnet

Un nouveau président chez B&R

Cognex intègre la 3D

Technologie

Cognex intègre la 3D

Tensions sur les métaux

Profession

Tensions sur les métaux

Plus d'articles