Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Acquisitions

Parkside veut devenir un acteur majeur de l'emballage souple

OLIVIER DUCUING

Sujets relatifs :

, ,
Spécialiste britannique de l'emballage souple, Parkside International s'implante en Pologne et se renforce en Grande-Bretagne. Objectif : devenir un des acteurs majeurs du secteur en Europe continentale, où il n'occupe aujourd'hui que la 22e place. Un pari ambitieux porté par un dispositif industriel moderne et une stratégie de croissance externe affirmée.

Avis : « Nous sommes tout autour de vous ». Le slogan de Parkside International n'est pas celui de Big Brother mais celui d'un des grands producteurs d'emballages de produits de grande consommation : ses films emballent aussi bien L'Oréal, Garnier, Pampers, Lipton ou les cigarettes d'Altadis... Le groupe est le numéro trois de l'emballage souple au Royaume-Uni. Une position confortable derrière les géants australien Amcor et canadien Alcan, mais qui ne suffit plus au groupe dirigé par Geoffrey Stewart : les perspectives de développement y sont faibles, alors qu'il ne peut que progresser sur le marché du continent européen dont il est presque absent. C'est pour changer de braquet que le groupe anglais a acquis l'an dernier la division Performance Films de BP Chemicals. L'opération a changé d'un coup la physionomie du groupe : fort de ses deux usines historiques de fabrication d'emballages souples à Normanton et Stoke, près de Leeds, Parkside s'est adjugé deux nouvelles unités : une vaste usine à Darton, comptant 370 salariés, disposant outre ses nombreuses lignes de transformation d'une grande capacité en extrusion monocouche, trois et cinq couches à travers dix lignes distinctes fonctionnant en continu (16 000 tonnes en 2002), pour servir l'ensemble du groupe ; et une unité à Slotow, en Pologne (90 salariés). L'effectif de Parkside a ainsi été porté à 750 personnes, tandis que l'outil industriel ne cesse d'être renforcé avec l'acquisition en trois ans de trois Novoflex gearless (sans pignon) du fabricant Windmöller & Hölscher, pour un investissement unitaire de l'ordre de 1,5 million d'euros.

Parkside est désormais en ordre de bataille pour lancer l'assaut commercial sur le continent. Avec des ambitions sans ambiguïté : « Dans ses secteurs d'activité, Parkside sera un acteur majeur du marché européen de l'emballage souple, et générera un chiffre d'annuel de 300 millions d'euros à l'horizon 2005 », lance le président du groupe. Un quasi-triplement par rapport à la taille du groupe en 2002 !

Cette expansion s'appuie à la fois sur une croissance organique forte attendue, mais aussi sur une politique d'acquisitions. Pour mener ce projet paneuropéen, le groupe a recruté un homme d'affaires suisse, André Schel, agent de Parkside depuis plusieurs années, mais aussi il y a six mois un Français bien connu du milieu de l'emballage souple, Hervé Michel. A 37 ans, l'ancien directeur marketing de Roland Emballages est bien décidé à pousser les feux de Parkside tous azimuts. « Notre organisation va permettre de travailler avec tous les grands groupes dans tous les pays », explique-t-il. Objectif affiché : prendre des parts de marché sur le continent en cherchant directement des contrats mais aussi en nouant des alliances ou en opérant des prises de contrôles.

Moyens de production

Pour conduire sa stratégie, Parkside International peut compter d'abord sur ses moyens de production, en phase d'accroissement significatif. La nouvelle usine polonaise du groupe, « où l'on peut manger par terre », est une tête de pont majeure. Elle sera dotée de capacités en extrusion d'ici à la fin 2004. Une nouvelle Novoflex, « la Rolls de la flexo », devrait, en outre, y être implantée à terme. Un équipement capable de sortir 400 mètres de film par minute et d'une très grande souplesse notamment pour les changements de séries, mais aussi dépourvue de pignon et donc de vibration. Une spécificité qui offre une impression de meilleure qualité, « qui vient chatouiller l'hélio », note, avec humour, Hervé Michel. Parkside a d'ailleurs basculé 95 % de ses productions de film pour le marché du tabac sur la flexographie, offrant à la fois des réductions de coût et de délais. Le groupe conserve cependant un équipement hélio à Normanton pour les impressions de graphisme très exigeantes, qui représentent environ 5 % de l'activité du groupe. Parkside International poursuit, en parallèle, un effort constant en qualité, en certification et en recherche de nouveaux produits. La société réalise aussi ses complexages sans solvants. L'usine de Darton travaille ainsi à la mise au point d'un film barrière de sept couches. « Nous avons identifié un besoin possible du marché pour des films à sept couches et nous examinons actuellement la viabilité d'investissements dans les technologies idoines », indique Geoffrey Stewart.

Appels d'offres

Le groupe commence déjà à se placer sur des appels d'offres des grands donneurs d'ordre pour proposer une réponse européenne. Une nécessité pour suivre des fabricants qui délocalisent de plus en plus en Europe centrale. Mais une opportunité aussi dans un marché très concentré où le nouvel entrant suscite déjà un intérêt évident. Le groupe Pepsico (Frito-Lay), déjà gros client de Parkside, sera ainsi fourni également en Europe continentale via la Pologne. Le groupe s'appuie d'abord sur ses propres clients pour envisager son développement : Parkside réalise près de 18 % de son activité avec Frito-Lay, 13,8 % avec British Bakeries, par exemple, ou encore 7,4 % avec Procter & Gamble, un volume qui devrait croître. Parmi ses références figurent aussi Imperial Tobacco, Johnson & Johnson, Kimberly Clark, Georgia Pacific ou Danone, d'autres exigeant une confidentialité totale, notamment dans le petfood, qui constitue d'ailleurs un secteur de conquête affichée.

En termes de marchés, Parkside est particulièrement présent dans les produits d'hygiène comme les couches-culottes et les lingettes (21 % de son activité), l'emballage du pain (17 %), les snacks (16 %) et le tabac (11 %). Plusieurs marchés sur lesquels le numéro trois britannique parie gros sont notamment ceux des sachets. « Les opportunités pour ce type de conditionnement sont infinies et nous ciblons ces marchés qui ont souvent été associés à d'autres formats d'emballages. Le petfood en est un de même que celui de l'olive dans lequel nous avons récemment signé avec de nouveaux clients. Le produit est idéal pour le concept de sachet vertical et nous attendons de ce marché qu'il génère une croissance excellente », commente Geoffrey Stewart.

Croissance externe

Mais Parkside appuiera aussi son expansion sur la croissance externe. Si le développement organique doit apporter quelque 40 millions d'euros d'activité complémentaire d'ici à 2005, les acquisitions et joint-ventures devraient, elles, compter pour 150 millions d'euros. « Actuellement, nous étudions des entreprises de taille petite ou moyenne dans l'Europe du Sud, précise le Pdg. Nous avons maintenant une usine en Europe de l'Est et la suite naturelle sera donc d'identifier des cibles dans le sud pour améliorer notre couverture européenne. Notre stratégie d'expansion est basée sur les plans de développement de nos clients que nous voulons suivre à travers l'Europe », poursuit Geoffrey Stewart. Il reste à connaître précisément les capacités financières du groupe pour mener à bien cette politique. L'entreprise, qui n'envisage pas de retourner en Bourse comme elle l'avait fait en 1994 pour lever des fonds, devra trouver ses ressources ailleurs.

Développement continu

La rentabilité apparemment satisfaisante jusqu'en 2002 s'est contractée l'an dernier dans le sillage de l'acquisition de la division performance Films de BP Chemicals, reconnaît la direction du groupe sans entrer dans les détails.

Après cette « année de transition », Geoffrey Stewart se dit « extrêmement confiant » dans le fait que sa stratégie « fournira les moyens financiers nécessaires pour atteindre (ses) objectifs de développement continu et d'expansion de Parkside International ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Menway rachète C2P

Acquisitions

Menway rachète C2P

La société de conseil en ressources humaines se renforce dans le packaging et les industries graphiques. -     Créé en 2002 par Jean-Louis Petruzzi, Menway se revendique comme un expert en ressources[…]

09/08/2019 | Impression
Sidel se renforce dans les outillages

Acquisitions

Sidel se renforce dans les outillages

Raja signe sa plus grosse acquisition

Acquisitions

Raja signe sa plus grosse acquisition

Des questions sur la vente du plastique de DS Smith

Acquisitions

Des questions sur la vente du plastique de DS Smith

Plus d'articles