Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Papiers Paviot soigne les produits alimentaires depuis 1847

PATRICK CAPPELLI

Sujets relatifs :

Emballer les aliments, des productions industrielles jusqu'aux produits à la coupe de la grande distribution, c'est l'objectif de Papiers Paviot depuis 161 ans. Sacs et sachets, intercalaires, étiquettes non adhésives, emballages pour produits frais tels que viandes, poissons ou fromages : l'offre est vaste. Et très pointue.

Un cri du coeur ! « Nous avons la fibre papier ! » clame Alexandre Paviot, Pdg de Papiers Paviot, une société qui emballe les produits alimentaires depuis 1847. Cette petite entreprise familiale située près de Lyon emploie une centaine de personnes sur trois sites : le siège social et l'usine de Corbas (Rhône), Blavozy (Haute-Loire) près du Puy-en-Velay qui abrite le centre de stockage et de logistique, et la société Auvergne Impression à Ytrac (Cantal), rachetée en 2006. Le chiffre d'affaires global est de 17 millions d'euros, dont 15,5 pour Papiers Paviot et 1,5 pour Ytrac. La PME lyonnaise réalise un tiers de son chiffre d'affaires à l'export, principalement dans la zone Euro.

Elle est spécialisée dans la fabrication et la transformation d'emballages en papier destinés aux métiers de l'agroalimentaire : sacs et sachets pour la boulangerie, papiers intercalaires, emballages en aluminium pour l'industrie fromagère de 10 à 15 microns d'épaisseur, étiquettes fromagères non adhésives, emballages pour produits frais tels que viandes, poissons ou fromages, emballages chocolatiers, etc.

« Tous les matériaux et auxiliaires de fabrication sont aptes au contact alimentaire », précise Alexandre Paviot, Pdg du groupe.

Papiers Paviot répond ainsi aux exigences HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point), une méthode anglo-saxonne fondée sur sept principes, qui identifie, évalue et maîtrise les dangers significatifs au regard de la sécurité des aliments.

Parmi ces procédures, on trouve entre autre le lavage de mains avant manipulation des matières, le cloisonnement entre les sites de production ou encore trois dératisations par an au lieu d'une. Cette méthode est supervisée par un organisme indépendant qui réalise des contrôles bactériologiques.

Les clients de la PME sont d'abord les industriels de l'agroalimentaire, puis les grossistes en emballage alimentaire et la grande distribution, pour les rayons dits en vente assistée. Soit le libre-service charcuterie, fromagerie, produits de la mer, etc.

Innovation et productivité La production de l'entreprise est d'environ 5 500 tonnes par an sur un marché global de 25 000 à 30 000 tonnes. D'après la Confédération française de l'industrie des papiers, cartons et celluloses (Copacel), le marché total du papier d'emballage était de 330 000 tonnes en 2005. Un marché en stagnation, voire en léger recul.

La société possède vingt-cinq lignes de production, qui fonctionnent en 3 X 8. « Nous investissons régulièrement pour renouveler notre parc, et rendre notre outil le plus performant possible », explique Alexandre Paviot. Allier innovation et productivité, c'est la clé du succès selon Papiers Paviot.

Ses machines réalisent du traitement de surface, du paraffinage, de l'impression flexographique jusqu'à sept couleurs, du façonnage (découpe bobine format) et d'autres opérations de transformation : fabrication de sacs, complexage, etc. « Nos activités couvrent bien le panel de demandes de nos clients », ajoute Alexandre Paviot.

Le papier peut être complexé avec de l'aluminium, des films, il peut aussi être enduit, découpé, imprimé. Outre l'augmentation du prix des matières premières, à laquelle n'échappe pas le papier, le problème principal de cette industrie, c'est le manque de main-d'oeuvre qualifiée. C'est pourquoi la PME lyonnaise investit en permanence sur l'automatisation et les gains de productivité. « Notre région est très industrialisée, et le taux de chômage est inférieur à la moyenne nationale. Le recrutement d'agents de production devient compliqué », regrette Alexandre Paviot. Mais heureusement pour le Pdg, le turn-over de son entreprise est bas, ce qui lui permet d'assurer sa croissance et d'envisager l'avenir avec sérénité.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Foodwatch dénonce les fausses promesses de santé

Sécurité sanitaire

Foodwatch dénonce les fausses promesses de santé

À la suite d’une nouvelle enquête, l’organisation non gouvernementale s’attaque à une vingtaine de produits. - Foodwatch poursuit sa campagne « arnaques sur l’étiquette ».[…]

22/03/2019 | Marketing
Claranor et Thimonnier partenaires dans le Doypack

Claranor et Thimonnier partenaires dans le Doypack

Une journée pour la Chromatogénie au CTP

Une journée pour la Chromatogénie au CTP

Nestlé et Veolia partenaires dans le recyclage

Nestlé et Veolia partenaires dans le recyclage

Plus d'articles