Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Packinline inaugure ses transactions

AT

Sujets relatifs :

,
 

Lancée à l'automne 2000 et financée par le fabricant français d'emballages en carton ondulé Emin Leydier, la place de marché Packinline a effectué ses premières mises en relation entre fournisseurs et acheteurs. Notamment avec Cosnessens qui est présent dans le domaine des cosmétiques. Le déroulé de cette première transaction témoigne de l'évolution du positionnement de Packinline qui s'affichait comme le premier prestataire français d'e-services dans l'emballage. Dans les faits, seul le premier contact s'est fait on-line. Packinline a, en effet, tout de suite dépêché une personne de son service commercial auprès du client pour l'aider à finaliser son appel d'offres puis pour lui soumettre des réponses de fournisseurs - « au moins deux par appel » - selon Pierre Peyret de Cosnessens. L'appel d'offres ne s'est pas fait en ligne. « Le tout Internet n'existe pas encore », juge Yves Herbaut, directeur général de Packinline.

Offre simplifiée. Estimant que leurs acheteurs potentiels n'étaient pas encore suffisamment accoutumés à la pratique d'Internet, voire pas équipés du tout, Packinline a dès lors simplifié son offre. Dans les faits, il semble donc qu'en attendant une plus grande maturité du marché, Packinline fonctionne davantage comme une alliance commerciale qui augmente sa visibilité avec un site Internet que comme une véritable plate-forme Internet. Reste que le démarchage de nouveaux acheteurs sera la priorité de Packinline cette année. Après une année 2001 consacrée à la construction de l'offre et au recrutement de fournisseurs, Packinline passe à la prospection d'acheteurs. « Nous allons lancer une campagne de marketing direct en avril prochain et nous en avons planifié quatre autres en 2002 », précise Yves Herbaut. Packinline compte pour l'heure 150 fournisseurs en cours d'évaluation de leurs services. Une deuxième offre de services est également à l'étude et pourrait concerner l'e-procurement ou la logistique. Quant à l'objectif de rentabilité, il est fixé à 2004 avec un chiffre d'affaires prévisionnel de 12 millions d'euros. Emin Leydier, de son côté, maintient son engagement de 10 millions d'euros jusqu'en 2005.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

VPK France roule au colza

Economie circulaire

VPK France roule au colza

Le cartonnier a signé avec le transporteur Blondel qui utilise le biodiesel Oleo100. - VPK France veut rouler à l’huile de colza. La branche française du cartonnier belge a signé un accord avec le transporteur[…]

Dernière ligne droite pour le cru 2021 de l'Oscar de l'emballage

Profession

Dernière ligne droite pour le cru 2021 de l'Oscar de l'emballage

DS Smith phosphore sur les algues

DS Smith phosphore sur les algues

Un ruban adhésif en PP recyclé

Economie circulaire

Un ruban adhésif en PP recyclé

Plus d'articles