Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Multiplier les réferences avec le numérique

Gilles Solard

Sujets relatifs :

, ,
Il y avait l'offset numérique pour l'étiquetage, la boîte pliante et l'emballage souple. Désormais, il y a aussi la technologie du jet d'encre numérique dont les applications dans l'emballage sont en train de poindre.

L'impression numérique n'est pas, et de loin, une solution de remplacement de l'impression traditionnelle. Mais elle s'avère très intéressante lorsqu'il s'agit d'imprimer de nombreuses références différentes ou des données variables. L'énorme avantage du numérique réside dans l'absence de clichés et de films. Car les clichés coûtent cher et ne permettent pas une grande liberté de changement de modèle sans en payer le coût. Sans compter les temps de calage et les pertes qui y sont liées. Avec le numérique, on peut se permettre de tester autant de pistes de création que possible sur son écran d'ordinateur pour ne retenir que la meilleure.

Technologie apparue à la fin du xxe siècle, le numérique compte de plus en plus d'acteurs et ses voies se diversifient. Dans l'emballage et l'étiquetage, l'offset numérique a été la première technologie à se présenter avec des acteurs comme HP Indigo, Xeikon ou, plus récemment, le français MGI. Mais une voie se dessine qui pourrait constituer une solution à des problématiques de l'emballage. Le jet d'encre numérique constitue ainsi une nouvelle piste que des entreprises comme Durst, Scitex, Dotrix, Vutek, Nur ou Zünd ont ouvert.

L'offset numérique a été abordé à plusieurs reprises dans Emballages Magazine. Dérivée de l'offset traditionnel, elle permet de transférer des données directement de l'outil prépresse à la presse et au support sans passer par la fabrication de plaques.

Le jet d'encre s'intègre sur les lignes existantes

La technologie du jet d'encre numérique est, en revanche, moins connue dans l'emballage. Elle a été créée il y a quelques années pour répondre au raccourcissement des séries. D'un coût d'exploitation peu élevé, cette technologie peut être intégrée sur une ligne offset ou flexo existante. Sa productivité est supérieure au transfert thermique et sa résolution est équivalente au transfert thermique et à l'offset numérique. Enfin, la solidité à la lumière et à l'abrasion de l'impression est équivalente, voire supérieure à celle offerte par ces deux technologies.

Le jet d'encre n'est donc plus seulement une technologie de marquage. Elle est aussi une technique d'impression en couleurs qui démarre aujourd'hui en Europe. Dotrix (Agfa) a ainsi réalisé, en mars 2004, une première installation de sa presse numérique à jet d'encre the.factory chez le britannique Gardners, société spécialisée dans la production d'applications publicitaires et techniques : matériels de PLV, panneaux, étiquettes, affichage extérieur... Gardners avait jusqu'à présent adopté la sérigraphie comme principal mode de production mais le jet d'encre permettra de « produire de nombreux articles sur une grande variété de supports, alors que traditionnellement différents procédés de fabrication entraient en jeu et conduisaient souvent à une dilution de la marque », indique l'entreprise. Ce système d'impression permet de couvrir 907 mètres carrés à l'heure sur des supports aussi différents que des emballages souples, des boîtes pliantes ou toutes sortes de produits spéciaux allant jusqu'à 63 centimètres de large.

Personnalisation

En France, Innoventec fait figure de chef de file. « Si l'offset numérique est intéressant pour les petites séries, le jet d'encre numérique est efficace pour les grosses séries unitaires, comme l'impression personnalisée d'un million de produits identiques », explique Norbert Peytour, le dirigeant de l'entreprise créée en août 2000. Le procédé permet d'imprimer sur tous matériaux et toutes épaisseurs. Innoventec peut ainsi imprimer des couleurs primaires, des tons Pantone, des vernis mat et brillant ainsi qu'un blanc couvrant. « D'ici à 2005, nous serons en mesure de proposer un vernis or et argent aussi brillant qu'un or à chaud », estime Norbert Peytour qui a dévoilé une application du jet d'encre numérique dans le packaging lors de Luxe Pack qui s'est tenu en octobre dernier. De son côté, le fabricant italien de machines Durst a élaboré un équipement d'impression numérique à polymérisation UV pour les utilisateurs des feuilles en polypropylène Priplak destiné aux arts graphiques. Mais les applications industrielles suivent...

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Acquisition canadienne pour Siegwerk

Acquisitions

Acquisition canadienne pour Siegwerk

Le fabricant d’encres allemand annonce le rachat d'Ultra Inks. - Spécialisé dans la fabrication d’encres et de vernis, Siegwerk annonce le rachat d'Ultra Inks. Le montant de la transaction n’a pas[…]

19/09/2018 | encres-colles
Sun Chemical relève à son tour ses prix

Sun Chemical relève à son tour ses prix

HB Fuller diminue la consommation de colle

HB Fuller diminue la consommation de colle

Carlsberg lance le Snap Pack

Carlsberg lance le Snap Pack

Plus d'articles