Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Metro va déployer la RFID en 2004

HS
 

Les annonces se succèdent désormais à un rythme soutenu... Cinquième distributeur mondial et présent dans 28 pays avec un chiffre d'affaires de 53,6 milliards d'euros en 2003, l'allemand Metro a annoncé, lors de la conférence NRF qui s'est déroulée à New York le 12 janvier, vouloir déployer la technologie de l'identification par radiofréquence (RFID) dans le courant de l'année. Sont entre autres associés, sur le plan technique, SAP, IBM, Intel, Philips, Avery Dennison, Chep et Intermec. Et Metro de signaler que la RFID peut remplacer les codes à barres sur le long terme.

Message publicitaire. Par ailleurs, dans son approche, le distributeur distingue les applications logistiques de la RFID, qui sont du ressort de l'enseigne, et les applications marketing, qui sont du ressort de la marque. Dans le premier cas, la RFID concerne la gestion des produits regroupés en emballages secondaires et tertiaires quand, dans le second, elle concerne les unités de vente consommateurs (UVC). L'américain Gillette équipe ainsi ses étuis de lames d'étiquettes RFID, quand Kraft contrôle la fraîcheur de ces produits, alors que Procter & Gamble entend diffuser un message publicitaire chaque fois qu'un produit Pantene est pris en rayon.

Etat des stocks. Actuellement en test dans le Futur Store de Rheinberg, la mise en place du système d'identification électronique des produits par lecture sans contact a pour ambition première d'améliorer la productivité de l'enseigne. Par opposition au système figé du code à barres qui entraîne des ruptures de chaîne et reste limité en termes de quantité et de variété d'information. Le système d'identification par radiofréquence doit permettre de suivre en temps réel les produits acheminés des usines aux entrepôts puis vers les magasins, et d'avoir en permanence un état des stocks. Metro entend notamment réaliser automatiquement les commandes de réassort en fonction des passages aux caisses des magasins des produits identifiés par des étiquettes RFID. D'ici le mois de novembre, quelque dix entrepôts et 250 magasins seront concernés.

Extraits de films. Dans son magasin de Rheinberg, Metro a ainsi testé la RFID dans différentes applications : l'identification par radiofréquence permet, par exemple, de vérifier instantanément qu'une livraison qui arrive dans un magasin correspond bien à la commande ; de gérer un entrepôt ; de suivre les commandes ; de suivre les dates de péremption des produits ; de suivre les produits marqués en magasins ; de fournir des extraits de films ou de musiques de films ou de disques... Metro précise également que, grâce à la fonction de dé-activation, toutes les informations inscrites sur les étiquettes peuvent être effacées après l'acte d'achat. Seul point sur lequel le distributeur ne s'étend pas : la démarque inconnue et le vol.

Balances intelligentes. D'une façon plus générale, Metro a exploré, dans ce magasin, plusieurs technologies d'avenir. Le distributeur a ainsi mis en place des solutions de « self-scanning » pour éviter les attentes aux caisses ou encore des écrans de publicité associés aux rayons pour diffuser, par exemple, des promotions ciblées. De fait, le client qui parcourt les allées est équipé d'un Personal Shopping Assistant (PSA). La liste des courses est désormais électronique. Les prix des produits, le montant des réductions et le total s'affichent en temps réel. Et le tout peut se connecter à l'ordinateur familial.

Etiquetage électronique. Autres technologies : l'étiquetage électronique. Fini les erreurs de prix ! Une base de données partagée par les systèmes de paiement, les étiquettes - électroniques - de rayons et les codes à barres de produits permet d'associer à coup sûr un prix à un produit et de le modifier en temps réel. Ou encore : les balances intelligentes... Le client pose tout simplement ses fruits et légumes sur le plateau et reconnaissance, pesée et impression de l'étiquette de prix se font automatiquement. L'ensemble du dispositif repose sur mise à disposition de l'information. Ainsi, sur les ordinateurs présents dans le magasin, le consommateur pourra presque tout savoir sur le produit choisi. Et son emballage ?

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Les produits en vrac vont coûter moins cher en Italie

Economie circulaire

Les produits en vrac vont coûter moins cher en Italie

Le gouvernement de Giuseppe Conte veut appliquer une remise en caisse de 20% pour réduire les emballages. - Le vrac, en France, c’est un marché d'environ 500 millions d'euros, quelques magasins[…]

23/09/2019 | RéglementationVrac
Une bouteille dans la mer de la consigne

Economie circulaire

Une bouteille dans la mer de la consigne

Total Corbion PLA décline les applications dans l’alimentaire et les boissons

Economie circulaire

Total Corbion PLA décline les applications dans l’alimentaire et les boissons

Ishida rend ses trieuses plus résistantes

Technologie

Ishida rend ses trieuses plus résistantes

Plus d'articles