Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Les verriers font valoir leurs arguments en investissant dans le recyclage

HS
 

Ce n'est pas évident à imaginer pour le consommateur qui fait régulièrement « le geste verre » en toute quiétude : introduire une bouteille en verre dans un conteneur de collecte sélective revient à alimenter un four verrier ! Quelle responsabilité... En effet, issu du traitement de la collecte du verre, le calcin est devenu la matière première des verriers (lire page 7) depuis une vingtaine d'années. Les premières collectes ont été mises en place dans les années 1970 pour faire face au premier choc pétrolier. En abaissant la température de fusion, le calcin fait, en effet, baisser la consommation d'énergie tout en améliorant le bilan carbone et en offrant une filière de recyclage. Une boucle vertueuse et infinie qui a néanmoins sa faille... Dans la mesure où un four accepte facilement 90% de calcin, les verriers font face à une double contrainte : assurer leur approvisionnement en termes de quantité et de qualité. Reste que les collectivités locales, qui livrent la collecte de verre aux centres de traitement qui la trient pour en faire une matière première secondaire - le calcin - de bonne qualité, n'ont pas forcément la culture industrielle du zéro défaut. Or des morceaux d'une plaque de cuisson vitrocéramique ou un caillou ramassé sur une aire de stockage mal entretenue entraînent des défauts dans les bouteilles. Des défauts heureusement repérés par un contrôle à 100%. Mais il y a bien pire : l'industrie du verre produisant à feu continu, il est tout à fait impossible d'imaginer une rupture d'approvisionnement en calcin. Ce qui explique que la filière investisse massivement et dans la collecte et dans le traitement pour pérenniser ses flux. En région parisienne, la Seine-Saint-Denis, avec ses 16 000 tonnes annuelles et son ratio catastrophique de 12,5 kilos par habitant et par an, représente, à elle seule, un potentiel de 11 000 tonnes supplémentaires si le ratio atteint le seuil, bas, de 20 kilos. Soit plusieurs semaines de production d'un seul four et un gain annuel de 1,1 million d'euro pour le département. Sensibilliser les consommateurs et motiver les collectivités locales : c'est ainsi que le verre, exaspéré par l'analyse de cycle de vie (ACV) de Tetra Pak (lire 880 et 881), veut faire valoir ses arguments.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Le verre recyclé devient la norme chez Verescence

Stratégie

Le verre recyclé devient la norme chez Verescence

Le verrier a lancé son verre Infini 20, sa nouvelle matière standard composée à 20 % de calcin issu de la collecte des ménages. Déjà en œuvre en France et en Espagne, la recette sera[…]

23/11/2021 | VerreParfums
Schott veut encore augmenter la production de sa nouvelle usine chinoise

Investissements

Schott veut encore augmenter la production de sa nouvelle usine chinoise

Comment Bormioli Luigi s’attaque au marché du maquillage

Stratégie

Comment Bormioli Luigi s’attaque au marché du maquillage

Virospack optimise son efficacité opérationnelle avec IFS

Stratégie

Virospack optimise son efficacité opérationnelle avec IFS

Plus d'articles