Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

AJ (avec AFP)

La Commission européenne a infligé des amendes d'un montant total de 676 011 400 euros aux neuf groupes énergétiques que sont l'italien ENI, l'américain ExxonMobil, les allemands Hansen et Rosenthal, Tudapetrol et RWE, le hongrois MOL, l'espagnol Repsol, le sud-africain Sasol et le français Total, pour avoir participé, entre 1992 et 2005, à une entente sur les prix et la répartition entre eux du marché des cires de paraffine. Aucune amende n'a été infligée à l'anglo-néerlandais Shell, qui avait également pris part à l'entente mais en a révélé l'existence à la Commission. Sasol avec 318 millions, considéré comme le « meneur », Total avec 128 millions et ExxonMobil avec 83,6 millions sont les groupes les plus lourdement sanctionnés. Quant au groupe pétrolier anglo-néerlandais Shell, il a pu échapper à 96 millions d'euros d'amende.

Affaire de cartel.

L'amende totale est la quatrième plus lourde sanction financière jamais imposée par la Commission dans une affaire de cartel, qui s'explique notamment par «la durée du délit et l'importance du marché concerné», selon la commissaire européenne à la concurrence Neelie Kroes. Les cires de paraffine réalisées à partir du gatsch, un sous-produit de la production d'huile de base à partir du pétrole brut, sont utilisées dans une grande variété de produits comme l'enrobage cireux des fromages, les bougies, le papier ciré, les gobelets et assiettes en carton, les pneus, les composants automobiles ou les gommes à mâcher ainsi que dans les secteurs du caoutchouc, des emballages et des adhésifs. Le gatsch est également vendu à des spécialités tels que les panneaux de particules. Ce marché est estimé à près de 500 millions d'euros.

Voies de recours.

« Nous attendons les motivations de la décision pour étudier les voies de recours éventuelles », a réagi un porte-parole de Total. ExxonMobil a, lui, fait immédiatement son mea culpa, déclarant dans un communiqué « regretter profondément son implication, bien que limitée, dans la violation des règles de concurrence via la participation de quelques ex-employés ». Eni a « réaffirmé sa conviction d'avoir agi dans le respect des normes antitrust », dans un communiqué, ajoutant qu'elle se réserve le droit « d'un recours auprès des organes compétents ». Enfin, le sud-africain Sasol a annoncé qu'il paierait l'amende, mais qu'il envisageait de faire appel de la décision.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Quand la collecte sélective en milieu urbain s'ouvre au design...

Concours

Quand la collecte sélective en milieu urbain s'ouvre au design...

Aborder, par le biais du design, l'intégration de la collecte sélective des déchets et des emballages ménagers dans l'espace urbain : c'est l'idée du concours lancé par l'association[…]

09/02/2009 |
Les délais de paiement en question

Les délais de paiement en question

Bientôt une bouteille « sud de France »

Concours

Bientôt une bouteille « sud de France »

Plus d'articles