Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Dossier

Les leaders font du surplace

Tiziano Polito

Sujets relatifs :

,

La morosité s'installe. En 2004, les 10 premiers groupes mondiaux de l'industrie de l'emballage ont réalisé un chiffre d'affaires cumulé de 53,2 milliards d'euros, soit 315 millions d'euros de moins que l'année précédente. Il s'agit de la quatrième année de baisse consécutive. En 2000, cet indicateur frôlait la barre des 63 milliards d'euros. Reflet de la conjoncture, notre classement n'a quasiment pas évolué. Grâce à ses filiales Tetra Pak et Sidel, le suédois Tetra Laval demeure le numéro un de la profession malgré une année en demi-teinte, au cours de laquelle son chiffre d'affaires emballage a reculé à 8,3 milliards d'euros. Deux milliards en dessous, l'australien Amcor maintient sa deuxième place, avec une augmentation des ventes de l'ordre de 3 % et un résultat net de près de 100 millions d'euros, suivi du cartonnier américain Smurfit Stone Container.

Plan de restructuration

Le trio de tête demeurant inchangé par rapport à l'année dernière, la première nouveauté de ce classement nous vient d'International Paper qui, après une lente dégringolade - il était numéro deux mondial en 2001 -, remonte d'un cran pour ravir la quatrième place à son compatriote Crown. A périmètre constant, ses ventes marquent une hausse de 9 %, soit la plus forte progression dans notre Top 10. Le papetier commence à engranger les fruits du plan de restructuration mis en place en 2003. La tenue des prix du carton sur le marché américain, où le groupe est largement implanté, aura contribué à sa reprise. Aux sixième et septième places, Owens-Illinois, désormais rebaptisé O-I, et Alcan font de la résistance. Après une année 2003 désastreuse, qui s'était soldée par une perte nette de près de 1 milliard de dollars, le verrier américain renoue avec les bénéfices. Hors effets de change, son chiffre d'affaires est en progression. Néanmoins, ce résultat est moins dû à ses performances commerciales, qu'à la consolidation de ses comptes avec ceux de BSN, dont il est devenu propriétaire en juin 2004.

Même topo pour Alcan. Le géant de l'aluminium canadien profite du levier Pechiney, racheté en décembre 2003, pour gonfler son chiffre d'affaires de près de 80 % à 11 milliards de dollars, dont 9 milliards sont directement imputables à l'intégration de l'entreprise française dans son périmètre. Pourtant, en valeur absolue, ses ventes dans l'emballage n'ont quasiment pas bougé d'une année à l'autre. Dans le bas du tableau, Rexam gagne une place, avec un chiffre d'affaires en hausse de 4 %, à 4,3 milliards d'euros. Le groupe britannique spécialisé dans l'emballage plastique et le conditionnement pour boissons, affiche un résultat positif de 28 millions d'euros. Il est suivi du japonais Toyo Seikan qui recule à la neuvième place et de Jefferson Smurfit qui refait son entrée dans le Top 10. Avec un chiffre d'affaires de 3,8 milliards d'euros, le français Saint-Gobain émarge à la onzième place, dernière entreprise à porter les couleurs nationales après les rachats de Sidel, BSN et Pechiney par des groupes étrangers.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


offres d’emploi
Toutes les offres d’emploi
PREPARATEUR DE COMMANDES H/F

Saint-Pierre-en-Faucigny

Responsable logistique H/F

Charleville-Mézières

Nous vous recommandons

E. Leclerc confirme l’adoption du Nutri-Score

E. Leclerc confirme l’adoption du Nutri-Score

L’enseigne abandonne définitivement le système Nutri Mark. - Désormais, E. Leclerc utilisera exclusivement le système Nutri-Score pour ses produits Marque Repère. L’enseigne en a[…]

Monoprix lance une campagne de recyclage

Economie circulaire

Monoprix lance une campagne de recyclage

Beau et intelligent

Dossier

Beau et intelligent

Des fonctionnalités dopées au numérique

Dossier

Des fonctionnalités dopées au numérique

Plus d'articles