Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

Les ficelles bien emmêlées de la cause environnementale

ANNE FRITSCH
Carrefour part en croisade pour le « mieux consommer », et s'en prend à l'emballage comme source de déchet... avec un visuel qui crie pourtant le rôle irremplaçable du conditionnement.

Le développement durable était jusqu'ici le thème fétiche des communications de Leclerc. Ce dernier, ayant conforté ses lauriers environnementaux en étant le précurseur du cabas réutilisable - distingué par l'étude commandée par... Carrefour - a trouvé une autre ficelle, très démagogique : il déplore la baisse du pouvoir d'achat de ses clients... et en en rejetant la responsabilité à la seule circulaire Dutreil. Aujourd'hui, Carrefour souhaite communiquer sur la sécurité alimentaire et le développement durable de façon moins polémique et plus constructive que Leclerc. Pour cela, il a dû sortir la grande artillerie.

Force de frappe

Et de fait, son plan de campagne élaboré avec l'agence Euro RSCG s'apparente à un vaste déploiement militaire bien ordonnancé ! Les opérations ont débuté le 14 janvier avec l'affichage des « alertes ». Objectif : rappeler ses angoisses au consommateur, avec des photos de vache (folle ?) ou de maïs (transgénique ?). Puis, du 17 au 19 janvier, Carrefour a placardé son « engagement » pour mieux consommer. Enfin, depuis le 18 janvier, 7 mensuels et 15 hebdomadaires publient les « preuves » de l'action Carrefour. Dont ce visuel, consacré à l'un des pires fléaux de la planète - c'est bien ce que suggère la campagne - l'emballage. Le raccourci est sans appel : emballage = gaspillage. Dans le commentaire, Carrefour s'engage à pratiquer la réduction à la source. Ce qui tombe bien puisque c'est ce qu'exige la réglementation européenne depuis dix ans ! Curieuse illustration du message que la photo en regard ! Ah, si une simple ficelle pouvait suffire à transporter, conserver, protéger tous nos produits de consommation ! Le paradoxe, c'est que cette même image, à elle seule, peut très bien servir à promouvoir l'emballage ! Pour le réhabiliter face à toutes ces campagnes qui dénoncent les déchets qu'il engendre en occultant son rôle, sans même parler de l'évolution de ses performances en liaison avec les préoccupations environnementales, la profession pourrait récupérer cette image. Car, c'est une certitude, ce n'est pas une simple ficelle qui va permettre de conserver des légumes. C'est fou ce qu'on peut faire dire à un petit pois.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Des caisses Ifco pour le rayon marée d’Intermarché

Economie circulaire

Des caisses Ifco pour le rayon marée d’Intermarché

Le pôle mer d’Agromousquetaires va remplacer progressivement les caisses en polystyrène expansé. - Le polystyrène (PS) n’a décidément plus la cote dans la distribution. Chassé de plus[…]

Quand les bouteilles en PET deviennent de l’arôme de vanille

Economie circulaire

Quand les bouteilles en PET deviennent de l’arôme de vanille

Un pot en carton pour des glaces Picard

Economie circulaire

Un pot en carton pour des glaces Picard

Albéa adhère à la déclaration d’Ellen MacArthur sur la REP

Profession

Albéa adhère à la déclaration d’Ellen MacArthur sur la REP

Plus d'articles