Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Les dirigeants d'Otor mis en examen

La rédaction d'Emballages Magazine

Sujets relatifs :

Jean-Yves Bacques et Michèle Bouvier sont poursuivis "pour abus de biens sociaux et usage de faux".

Jean-Yves Bacques et Michèle Bouvier, le président et la directrice générale du groupe cartonnier français Otor, ont été mis en examen jeudi à Paris dans le cadre d'une enquête sur des malversations financières présumées au sein du groupe. Ils sont poursuivis pour "abus de biens sociaux et usage de faux" par les juges d'instruction Jacques Gazeaux et Evelyne Picard. Ils sont tous deux ressortis libres du pôle financier du Palais de justice de Paris, sous contrôle judiciaire et avec l'obligation de payer une caution de 300 000 euros chacun.

Il leur est reproché le paiement de diverses factures à un des commissaires aux comptes de la société entre 2002 et 2003, factures qui ne seraient pas en lien direct avec le seul travail de contrôle de ce commissaire. D'autres factures imputées sur les comptes sociaux d'Otor (émises notamment par une société de veille média et un cabinet d'audit) ont aussi été retenues par les juges comme charges, en ce qu'elles auraient dû être prises en charge par les dirigeants eux mêmes et non par leur société, car elles concernaient leur défense personnelle contre Carlyle, a-t-on ajouté de source proche du dossier. "Cette mise en examen apparaît infondée de a à z. Elle nous donnera l'occasion de fournir toutes les explications qui permettront de réduire à néant ces charges et de mieux comprendre la raison obscure de l'origine de cette procédure", a déclaré à l'Agence France Presse (AFP), l'avocat de M. Bacques, Me Hervé Témime.

Les mises en examen des dirigeants d'Otor, qui sont également les principaux actionnaires du groupe, sont un nouvel épisode de la farouche bataille qui les oppose depuis 2001 au fonds d'investissement américain Carlyle pour le contrôle de la société spécialisée dans l'emballage. Carlyle, qui était entré en 2000 dans le capital du groupe à hauteur de 20% environ, souhaite appliquer une clause lui permettant de devenir majoritaire en cas de non respect par Otor de certains seuils de rentabilité. Otor accuse pour sa part Carlyle de vouloir "faire main basse sur le groupe pour mieux le dépecer afin de réaliser une plus-value gigantesque". (AFP)

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

HTDS sur le CFIA

HTDS sur le CFIA

Le fournisseur de matériel de contrôle présente le détecteur à rayons X Dylight. - HTDS profitera du Carrefour des fournisseurs de l’industrie alimentaire (CFIA), qui aura lieu à Rennes[…]

B&R rajoute la vision à son offre

B&R rajoute la vision à son offre

Marchesini croît et rachète à tour de bras

Acquisitions

Marchesini croît et rachète à tour de bras

Des rayons X pour gros volumes chez Ishida

Des rayons X pour gros volumes chez Ishida

Plus d'articles