Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Les bouteilles

ANNE FRITSCH

Sujets relatifs :

, ,
Alors que la production française de bouteilles en verre stagne, les consommateurs n'ont jamais été aussi attachés à ce matériau. Tout en appréciant les facilités du plastique. Chacun de ces matériaux a su combler ses lacunes : possibilités de différenciation pour l'un, aspect qualitatif pour l'autre.

Entre le verre et le plastique, le partage des marchés et des applications n'est plus aussi simple. Le verre a pratiquement atteint son asymptote en termes d'allègement. La production française de bouteilles en verre stagne, d'après les statistiques de Verre Avenir. En 2003, les adhérents de la fédération ont, en effet, produit 3 243 000 tonnes de bouteilles en verre, soit une croissance nulle par rapport à 2002. Ceci représente environ 8 milliards de bouteilles en verre par an, dont plus de 40 % pour le vin, et 40 % pour la bière. Le marché du vin français, premier utilisateur de bouteilles en verre, s'érode lentement. Il reste attaché à ce matériau traditionnel pour près de 80 % des volumes. Les bouteilles en plastique n'en représentent que 6 à 7 %. Car le verre est très apprécié sur le marché français. Qu'elle contienne du vin, du jus de fruit, de l'eau ou du lait, une bouteille en verre valorise son contenu, tout en jouissant aux yeux du consommateur d'une image positive vis-à-vis du recyclage. En effet, avec un taux de recyclage des emballages en verre supérieur à 55 %, c'est sans doute le matériau qui bénéficie de la filière de recyclage matière la plus efficace... au point qu'il faudra dans les prochaines années trouver d'autres débouchés au calcin ménager !

Nouvelles voies de différenciation

Issue d'un process très lourd, la bouteille en verre cherche à offrir de nouvelles voies de différenciation. Les très petites séries sont, en effet, inenvisageables. On s'en remet alors aux étiquettes, aux gravures par cachet rapporté, à la sérigraphie, à la coloration légère, au bouchage ou encore au manchon thermorétractable pour personnaliser les produits. Des ressources inépuisables !

Le premier marché des bouteilles en plastique est l'eau minérale, dont la consommation augmente toujours. Les minéraliers continuent à multiplier les formats des bouteilles en polyéthylène téréphtalate, en s'orientant ces derniers temps vers les fortes contenances. L'engouement pour les contenants de cinq à huit litres de type « fontaine », semble se tasser. Un compromis paraît avoir été trouvé avec la bouteille de deux litres qui s'est généralisée cette année comme format familial. Il réduit la surface de stockage, mais commence à poser des difficultés de manipulation. Aussi Vittel a-t-il conçu une zone faisant office de poignée sur ce format. Pour les eaux aromatisées, un marché encore balbutiant, le PET reste évidemment le matériau d'emballage naturel. Le plastique brigue d'autres marchés, mais le lait longue conservation, les jus de fruit, les produits chimiques ou d'entretien exigent des protections spécifiques. Malgré le succès mitigé de la bière sous bouteilles en polyéthylène téréphtalate (PET), les bouteilles en plastique progressent sur le marché du lait où elles représentaient près de 36 % des volumes en 2003. Le polyéthylène haute densité tricouche opaque aux UV autorise la longue conservation du lait pasteurisé. Au rayon frais, le lait microfiltré Marguerite, ou de marque propre Monoprix par exemple, peut se permettre de se différencier dans une bouteille bien transparente en polyéthylène téréphtalate, vu son caractère éphémère. Pour les jus de fruits très sensibles à l'oxydation, le plastique doit offrir une barrière à l'oxygène. C'est le cas des complexes PET/PEN ou encore des préformes BindOx fournies par Amcor, pour les jus de fruit Pampryl par exemple. Elles incluent une barrière à la fois active et passive à l'oxygène, entre deux couches de PET. Les petits formats de vin destinés notamment à la restauration aérienne, apprécient les matériaux plastiques, légers et incassables.

Guide d'achat : Les bouteilles (tableau : voir pdf)

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

L’emballage limite les dégâts face au Covid-19

Indicateurs

L’emballage limite les dégâts face au Covid-19

La filière a régressé de 7,6% au cours de l’année 2020, faisant preuve de résilience par rapport au reste de l'industrie manufacturière. Le verre a souffert davantage que le plastique ou le[…]

Quatre start-up retenues par Sodebo et Brioches Fonteneau

Economie circulaire

Quatre start-up retenues par Sodebo et Brioches Fonteneau

Sodebo et Brioches Fonteneau cherchent des solutions disruptives

Innovation

Sodebo et Brioches Fonteneau cherchent des solutions disruptives

Les nanomatériaux doivent être mieux identifiés et évalués

Sécurité sanitaire

Les nanomatériaux doivent être mieux identifiés et évalués

Plus d'articles