Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

Le nombre d'emballages ménagers a reculé entre 2003 et 2006

HS
Réalisée par Estem sur la période 1994-2006, la quatrième évaluation du gisement des emballages ménagers montre, pour la première fois, une baisse du nombre d'unités de vente consommateurs (UVC) mises sur le marché de 500 millions à 90,2 milliards d'unités contre 90,7 en 2003. Soit un recul de 0,55%. Historique.

Historique ! Le mot n'est pas trop fort... Réalisée par Estem pour Eco-Emballages, Adelphe et l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), la quatrième évaluation du gisement des emballages ménagers (lire 859) a été dévoilée en novembre. Menée sur la période 1994-2006, elle montre, pour la première fois, une baisse du nombre d'unités de vente consommateurs (UVC) mises sur le marché de 500 millions à 90,2 milliards d'unités contre 90,7 en 2003. Soit un recul de 0,55%. Il s'agit d'un véritable retournement de tendance puisque la hausse du nombre d'UVC était constante depuis 1994, année qui avait vu 78,9 milliards d'unités commercialisées. Ce retournement, historique, se retrouve, a fortiori, en poids avec 4,4 millions de tonnes en 2006 contre 4,6 en 1994 et 4,8 en 1997. Un chiffre à rapporter aux 46 millions des déchets municipaux et aux 849 millions de tonnes du total des déchets en France en 2006. Comme cette tendance s'inscrit dans une hausse globale de la consommation des ménages si l'on s'en tient au produit intérieur brut (PIB), elle confirme le phénomène de découplage entre le niveau de vie et la production d'emballages. D'autant que le nombre de ménages -26 millions en 2006 pour 32 millions attendus en 2030- augmente plus vite que la population. Réduction à la source Les progressions des produits traiteurs (+13%), des fromages préemballés (+10%) ou des fruits et légumes préemballés (+8%) indiquent d'ailleurs un fort besoin de services pour une population qui consacre de moins en moins de temps à la cuisine. Reste que cette tendance s'inscrit également dans un net recul de la consommation alimentaire. Entre 2003 et 2006, l'ensemble des produits alimentaires emballés sont en retrait de 1,4%. Si le segment des boissons, des alcools en particulier, est nettement touché, les grands contenants, tels que les caisses-outres, sont en progression. Au final, plusieurs facteurs entrent en jeu qui voient se conjuguer des effets mécaniques liés à la « déconsommation » ou encore à la progression des discounters et le résultat d'actions volontaires : le recul de l'emballage en verre, des emballages de cigarettes ou de pellicules photographiques et des sacs de caisse jetables en plastique sont à prendre en compte tout comme les effets de la réduction à la source et de l'écoconception. Estem montre ainsi que le poids moyen d'une canette en acier a baissé de 11% en passant de 30,5 grammes en 1994 à 27 en 2006 quand le poids moyen d'une bouteille d'eau en plastique de 1,5 litre chute de 23% de 45,5 grammes à 35,2 grammes sur la même période.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Le polystyrène recyclé selon le procédé de Recycling Technologies

Economie circulaire

Le polystyrène recyclé selon le procédé de Recycling Technologies

Ineos Styrolution et Trinseo ont choisi le partenaire technique pour leurs futures usines de recyclage. Une unité pilote sera construite au Royaume-Uni en 2022. - Et le partenaire technique sera… Recycling Technologies ! Ineos[…]

21/04/2021 | PlastiquesTechnologie
Multivac étiquette les pizzas

Economie circulaire

Multivac étiquette les pizzas

Dix ans de relocalisation de palettes

Economie circulaire

Dix ans de relocalisation de palettes

Un projet de recyclage chimique en Suède

Economie circulaire

Un projet de recyclage chimique en Suède

Plus d'articles