Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Le modèle industriel de l'eau en question

HENRI SAPORTA RÉDACTEUR EN CHEF

Sujets relatifs :

, ,
 

En matière d'eau en bouteilles, la réglementation française est très précise et très pointilleuse. N'ont le droit à l'appellation d'eau de source ou d'eau minérale que les eaux embouteillées à la source. A l'exception du traitement du gaz pour les pétillantes, ces eaux ne doivent subir aucune transformation. Et, sauf dérogation, elles sont conditionnées dans un emballage transparent dont le matériau - aujourd'hui, le polyéthylène téréphtalate (PET) domine - est agréé par les pouvoirs publics.

C'est pourquoi, avec Dasani qui aurait dû arriver (lire 700) sur les linéaires le 19 avril, Coca-Cola lance une « boisson à l'eau minérale naturelle ». Une eau dont la composition a été légèrement modifiée. Si, dans le reste du monde, Dasani est une eau dite « purifiée » sans aucun rapport avec une quelconque ressource naturelle, Coca-Cola a préféré, en France, conserver une « caution » rassurante. En l'occurrence, la source belge Astrid à Chaudfontaine. Coca-Cola entend donc vendre de l'eau minérale qui n'est pas, sur le plan réglementaire, de l'eau en détournant les contraintes industrielles de l'eau minérale. Pas simple. D'où, peut-être, les déboires européens du géant américain.

Or, les tensions qui agitent Perrier actuellement apportent un éclairage particulier. Echaudé par la forte mobilisation syndicale et la faible productivité du site de Vergèze (Gard) où est produit Perrier, Nestlé Waters France, le propriétaire de la marque, a ouvert plusieurs portes de sortie. La vente du site en est une. Le déplacement de la marque sur une autre source en est une autre. Car il semble que la marque Perrier ne soit pas juridiquement liée au site de Vergèze. Reste à savoir si le consommateur est attaché à la marque Perrier ou à l'eau gazeuse aujourd'hui vendue sous la marque Perrier.

Un dernier point. A l'heure où des pays comme l'Allemagne misent sur la consigne obligatoire des emballages de boisson, l'embouteillage à la source constitue un réel problème industriel et logistique. Dissocier une eau de source ou minérale d'un lieu de résurgence précis apparaît clairement comme une réponse. Cristaline provient de... 17 sources !

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Nouveau format pour nouveau segment

Nouveau format pour nouveau segment

Orangina Suntory lance une eau fruitée dans une bouteille de 1,2 l. - Une boisson à base d’eau de source, avec entre 42 et 48% de fruits, et juste le sucre naturellement présent dans ces fruits : Orangina Suntory[…]

19/03/2019 | PlastiquesMarketing
Du recyclé et des bouchons solidaires chez Thonon

Du recyclé et des bouchons solidaires chez Thonon

Les Vignerons de Buzet mettent du vert dans le vin

Les Vignerons de Buzet mettent du vert dans le vin

Absolut infuse en vert

Absolut infuse en vert

Plus d'articles