Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Le liège plaît aux consommateurs de vin mais la caisse-outre progresse

ArT

Sujets relatifs :

,
 

Neuf consommateurs de vin sur dix estiment que le bouchon de liège constitue « la meilleure façon de respecter l'intégrité du vin ». Plus de huit sur dix jugent « indispensable » ou « préférable » qu'une bouteille de vin soit bouchée avec un bouchon de liège (Lire 613). Ce plébiscite est le résultat d'une enquête menée par la Sofres les 27 et 28 mars derniers, sondage effectué par téléphone auprès d'un échantillon représentatif de mille personnes, pour le compte de la Fédération française des syndicats du liège. Au chapitre des qualités du bouchon de liège : 52 % des Français l'apprécient car il est naturel ; pour 37 %, c'est un indice de la qualité du vin et il favorise son évolution. Quid du goût de bouchon ? Si 51 % des Français placent ce défaut du vin en première place, ils ne sont plus que 31 % à penser que le bouchon peut donner un mauvais goût au vin. L'association liège/goût de bouchon n'est donc pas systématique. La tranche des 18-24 ans est moins enthousiaste : un quart d'entre eux se moque du mode de bouchage. Une déclaration à pondérer. « Nous effectuons ce sondage tous les deux ans depuis huit ans maintenant. Nous avons ainsi pu constater que la tranche des 18-24 ans, en vieillissant, se rapproche de la moyenne, tous âges confondus, à savoir 10 % », explique Marc Sabaté, actuel président de la Fédération française des syndicats du liège. Et à l'étranger aussi, l'image du liège semble être excellente. En Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, plus des trois quarts des consommateurs se déclarent ainsi en faveur du bouchon de liège. Face à ces résultats sans appel, que faire de plus ? « Nous ne pouvons pas nous endormir sur l'image du liège. Le liège n'a pas encore donné toutes ses réponses techniques. Et il doit en donner notamment vis-à-vis de ses compétiteurs en plastique », estime Marc Sabaté. Non pas que ces concurrents soient déjà très forts : sur les quelque trois milliards à trois milliards et demi de cols de vin tranquille, hors 1/4 avions, quelques dizaines de millions seulement seraient capsulés et une centaine de milliers seraient obturés avec des bouchons en plastique. Mais la concurrence existe et les habitudes changent. « Le marché du vin de table a quitté la bouteille pour passer au Bag-in-box. C'est une autre forme de concurrence », note Marc Sabaté.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Un Pomerol en BIB

Un Pomerol en BIB

BiBoViNo ose proposer une cuvée bio de ce vin en Bag-in-tube pour les fêtes de fin d’année. - Pour la fin d’année, le caviste spécialiste des caisses-outres BiBoViNo propose la « cuvée[…]

12/11/2018 | Carton platPlastiques
Le groupe Raymond investit dans l’embouteillage

Le groupe Raymond investit dans l’embouteillage

Smurfit Kappa Bag-in-Box ouvre un "Experience Centre"

Anniversaire

Smurfit Kappa Bag-in-Box ouvre un "Experience Centre"

Smurfit Kappa célèbre 40 ans de BIB

Anniversaire

Smurfit Kappa célèbre 40 ans de BIB

Plus d'articles