Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Décryptage

Le Conseil national de l'emballage passe huit marchés au crible

Henri Saporta
Dans une étude récente, le Conseil national de l'emballage analyse les facteurs d'évolution des tonnages d'emballage. Une étude très instructive qui balaie certaines idées reçues.

Affiner la connaissance des mécanismes d'évolution des emballages ménagers : tel était le but de l'étude approfondie - et originale - de huit marchés de grande consommation entre 1997 et 2003 lancée par le Conseil national de l'emballage (CNE) en association avec l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) et les organismes agréés que sont Adelphe et Eco-Emballages. Au-delà du simple constat, cette étude avait pour but d'analyser en profondeur les mécanismes et les facteurs d'évolution des tonnages d'emballage. Dévoilée au mois de juin (lire hebdo 713 du 28 juin), cette étude intitulée « Mieux produire et mieux consommer : la prévention des déchets d'emballages », porte sur huit marchés de très grande consommation : les yaourts, les laits, les eaux plates, les eaux gazeuses, les bières, les jus de fruits, les huiles alimentaires et les lessives.

Grille d'analyse

Comme le montre le cas des yaourts détaillé ci-contre, sont analysées les évolutions de la consommation, du nombre d'emballages et du tonnage d'emballage. L'évolution du tonnage est ensuite passée à la moulinette des « six effets » jouant à la hausse ou à la baisse que sont la démographie, la consommation par habitant, le poids primaire de l'emballage, le regroupement, la substitution de matériau et la segmentation par contenances.

Il en résulte une grille d'analyse très riche. Loin des idées reçues, plusieurs enseignements ressortent : les trois « effets » majeurs sont la consommation par habitant, la substitution de matériaux et les contenances. Le poids primaire de l'emballage - la réduction à la source - vient en quatrième position et le regroupement - le fameux suremballage régulièrement pointé du doigt - joue un rôle marginal.

Sur la période traitée, le CNE note, au final, que la consommation a augmenté de 11 %, que le nombre d'emballages a augmenté de 11 % mais que le tonnage d'emballages a, pour sa part, baissé de 3 %. Un découplage déjà pointé par de précédentes études...

Pour le CNE, la ligne de conduite pour l'avenir est très claire : comme la réduction à la source commence à atteindre ses limites, c'est désormais le couple emballage-produit qui influera sur l'évolution du tonnage. D'où la nécessité d'ajouter à l'éco-conception des pratiques d'éco-consommation. Reste que le premier facteur d'évolution des emballages est... la consommation elle-même. C'est ce qui pousse certains écologistes radicaux a prôner la déconsommation. Moins de produits, moins d'emballages.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Le duo de Joël Robuchon

Décryptage

Le duo de Joël Robuchon

Fleury Michon conditionne une recette raffinée de Joël Robuchon dans un emballage qui permet de conserver intactes les saveurs subtiles, la texture et le croquant des ingrédients. Original, esthétique et pratique, cet emballage anniversaire,[…]

Just Bake

Décryptage

Just Bake

Astral Blanc Express

Décryptage

Astral Blanc Express

Verre Pom Tea

Décryptage

Verre Pom Tea

Plus d'articles