Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Enquête

Le conditionnement à façon pharmaceutique se concentre

MARION BASCHET-VERNET

Sujets relatifs :

,
Selon une récente étude réalisée par le cabinet d'études Xerfi, les restructurations en cours dans le secteur pharmaceutique devraient profiter à la croissance du marché du façonnage français tant d'un point de vue quantitatif que qualitatif.

En France, le marché du conditionnement à façon pharmaceutique qui regroupe seulement une soixantaine de sociétés, contre près d'une centaine en Allemagne, a vu sa taille multipliée par trois en l'espace de cinq ans. C'est l'une des principales conclusions de la dernière enquête du cabinet d'études Xerfi sur le marché français du conditionnement à façon pharmaceutique. Publiée en décembre dernier, l'étude fait le point sur l'état actuel du marché tout en dressant les perspectives d'avenir d'un secteur en plein développement. Les façonniers sont, en effet, les premiers bénéficiaires de la stratégie d'externalisation des laboratoires et du développement du marché des génériques. Résultat : selon l'étude Xerfi, le chiffre d'affaires du secteur s'élève à 844,1 millions d'euros en 2002, en croissance de 12 % par rapport à l'année précédente. A titre de comparaison, le chiffre d'affaires de l'industrie pharmaceutique dans son ensemble affiche une hausse moindre de 9 %, à 34,4 milliards d'euros, sur la même période. Et l'avenir donne l'avantage aux façonniers. « La croissance de l'activité des façonniers pharmaceutiques sera près de deux fois supérieure à celle de l'industrie pharmaceutique dans son ensemble sur la période 2003-2004 », prédit Emmanuel Stève, qui a réalisé l'étude.

Historiquement, le secteur du façonnage pharmaceutique en France s'est structuré autour de petites et moyennes entreprises (PME) qui dépassent rarement le cap des 200 salariés. Autre particularité française : les façonniers sont souvent à la base des laboratoires réalisant moins de 30 millions de chiffre d'affaires qui ont décidé de se tourner vers la fabrication pour le compte de tiers. De fait, l'entreprise « type » de l'échantillon Xerfi regroupe 56 employés et réalise un chiffre d'affaires de 15,1 millions d'euros avec 104 salariés.

Opérateurs étrangers

Par ailleurs, l'étude indique que, si la taille des entreprises demeure relativement faible, elle est aussi en progression constante. En effet, la reprise de sites pharmaceutiques et la pénétration croissante d'opérateurs étrangers, tels que le grec Famar ou le canadien Pathéon, contribuent à l'accroissement de la taille des acteurs et au degré de concentration du secteur. Preuve en est, le rachat du site de Pharmacia d'Evreux (Eure) par Delpharm (Activa Capital) et celui de Sanofi-Synthelabo à Coutances (Manche) par Unither.

Sur le plan qualitatif, l'étude procède à une véritable caractérisation des rapports entre les donneurs d'ordre et leurs sous-traitants. Les génériques et les produits d'automédication constituent les deux premiers créneaux investis par les façonniers. D'un côté, les génériqueurs sont en manque d'outil productif, de l'autre, l'automédication est jugée non stratégique et trop aléatoire par les laboratoires. Autre enseignement de l'étude : les formes galéniques les plus répandues sont les formes sèches et liquides. Le confort d'utilisation (gélules) et la facilité de transport (unidoses) que confèrent les conditionnements sous forme sèche expliquent que la demande en faveur de cette forme galénique n'est pas prête de s'arrêter. Enfin, le taux de présence des opérateurs de l'échantillon est supérieur à 60 % sur chacune des classes de médicaments : princeps, automédication, génériques, médicaments hospitaliers. Et près des deux tiers des intervenants ont misé sur une activité de niches comme l'encapsulation, les produits hormonaux, les dispositifs médicaux ou les sprays. A l'évidence les façonniers s'adaptent à la demande d'externalisation des laboratoires. Et la relation entre le donneur d'ordre et son client semble évoluer vers plus de stabilité. Autre tendance : l'offre des façonniers se cantonne surtout aux frontières françaises du fait des réglementations nationales en vigueur. Un sursis avant de faire face aux turbulences du marché international.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Vinadeis veut fermer son site d’embouteillage de Narbonne

Social

Vinadeis veut fermer son site d’embouteillage de Narbonne

Le groupe viticole veut concentrer ses activités de conditionnement à Carcassonne (Aude) et Maureilhan (Hérault). - Le groupe viticole Vinadeis a annoncé son intention de fermer en 2020 le site d’embouteillage[…]

10/09/2019 | Vins
De l’eau en brique en Belgique

Economie circulaire

De l’eau en brique en Belgique

Un centre pour les hautes pressions dans le Val de Loire

Investissements

Un centre pour les hautes pressions dans le Val de Loire

Lonza rachète un site de conditionnement à Novartis

Acquisitions

Lonza rachète un site de conditionnement à Novartis

Plus d'articles