Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Dossier

La soudure HF en question

Tiziano Polito

Sujets relatifs :

,
« La machine doit être conçue et construite pour que toute émission de rayonnements soit limitée à ce qui est nécessaire pour son fonctionnement et pour que ses effets, sur les personnes exposées, soient nuls ou réduits jusqu'à un seuil non dangereux. » Annexe 1 - art. 1 1.5.10 de la directive 98/37/CE.

P eu d'accidents d'origine électrique ont lieu sur les machines de conditionnement. D'après l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS), « les risques pouvant occasionner l'électrisation ou l'électrocution sont globalement maîtrisés du fait de l'existence d'un cadre réglementaire strict, en place depuis plusieurs années. » Il est vrai que la réglementation en matière de sécurité électrique ne date pas d'hier. Les premières dispositions remontent à 1962. La directive 73-23 CEE, dite « directive basse tension », la bible des professionnels, a été publiée, quant à elle, en 1973. Mais qu'en est-il des risques liés aux émissions électromagnétiques ? Le sujet, très controversé, concerne bien d'autres appareils à usage industriel ou domestique. Dans l'emballage, certaines machines sont pointées du doigt. Comme celles qui recourent à la soudure à haute fréquence (HF). La technologie est utilisée sur certaines machines de fermeture de blisters ou dans la fabrication de sachets et de poches en plastique. Bien que très efficaces, les presses HF - qui utilisent, en général, des fréquences de 27,12 MHz - provoquent un rayonnement dont les effets peuvent se révéler néfastes pour l'opérateur à proximité. Tout est question de temps et d'intensité. « L'organisme peut absorber une certaine quantité d'émissions. Au-delà d'un certain seuil, la température du corps humain augmente en provoquant d'abord des vertiges et des nausées, puis des dégâts bien plus sérieux si l'exposition se prolonge », explique Jean-Pierre Servant, expert en risques de rayonnement à l'INRS.

Vide réglementaire

Seul problème, aucune norme n'existe en ce domaine. Du coup, chaque constructeur fait un peu ce qu'il veut. « Il nous arrive d'intervenir sur du matériel en très mauvais état », explique Pierre Dewaele, de la société HFTI dont l'activité concerne justement la maintenance de presses HF pour la soudure de blisters. Pour sa part, Eugène Sowinski, responsable R&D haute fréquence chez Thimonnier, spécialisé dans les machines de conditionnement sous sachet souple, observe que ce vide réglementaire peut être source de distorsion de la concurrence : « Certains de nos confrères ne respectent pas les règles du jeu. Ils proposent du matériel, certes, moins coûteux, mais totalement dépourvu de systèmes de protection. » L'inventeur du sachet Doypack, qui utilise la technologie HF sur ses machines, a, en revanche, fait de la sécurité son cheval de bataille : générateurs blindés, transmission de l'énergie par cheminée télescopique, postes de soudures protégés par un caisson en aluminium, filtrage des câbles. Résultat : une machine plus chère de 20 %. Mais la sécurité n'a pas de prix.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Sonoco ne conditionnera plus à façon en Europe

Acquisitions

Sonoco ne conditionnera plus à façon en Europe

Le groupe américain cède son activité, basée en Pologne, à son compatriote Prairie Industries. - Le groupe américain d’emballages en carton et en plastique Sonoco annonce la vente de son[…]

16/10/2020 | Conditionnement
Un nouveau patron pour CCEP France

Carnet

Un nouveau patron pour CCEP France

La dispensation des médicaments à l'unité face à un rejet unanime de la filière

Sécurité sanitaire

La dispensation des médicaments à l'unité face à un rejet unanime de la filière

Le laboratoire Arrow s’offre un nouveau centre de conditionnement

Investissements

Le laboratoire Arrow s’offre un nouveau centre de conditionnement

Plus d'articles