Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

La France doit s'attaquer au gisement des emballages non ménagers

HS

Sujets relatifs :

,
 

O rganisé par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) les 20 et 21 octobre dernier, le colloque Filières et recyclage a été l'occasion de faire le bilan du recyclage des emballages en France. A quatre ans des échances de la directive révisée 94/62/CE sur les emballages et déchets d'emballages. Et deux constats s'imposent d'emblée. Premier constat, il ne sera pas facile, « mais pas impossible », de parvenir à l'objectif global minimal de 55 % de recyclage en 2008 sachant que chaque matériau devrait atteindre son propre taux : 22,5 % pour les plastiques, 50 % pour les métaux, 60 % pour le verre, 60 % pour les papiers et cartons et 15 % pour le bois. L'astuce ? La somme des objectifs par matériau est inférieure à l'objectif global. Il est donc nécessaire qu'un ou plusieurs matériaux fassent beaucoup mieux que le minimum. Deuxième constat. La France a privilégié jusqu'à maintenant le gisement des emballages ménagers. Les deux organismes agréés que sont Eco-Emballages et Adelphe peuvent d'ailleurs se targuer d'un bilan satisfaisant avec 53,4 % des 4,7 millions de tonnes recyclées en 2002. Reste désormais le gisement des 7,6 millions de tonnes d'emballages non ménagers à traiter. Autrement dit les emballages industriels et commerciaux. En ce domaine, la France affiche un bilan certes non négligeable, avec un taux de 38,2 % de recyclage en 2002, mais accuse un retard certain par rapport à des pays comme le Royaume-Uni (67 %) ou encore la Belgique (65 %). Il apparaît donc clairement que la France doit désormais s'attaquer en priorité à ce gisement réputé plus concentré et plus rentable que celui des emballages ménagers, pour atteindre l'objectif en 2008. Reste donc à sensibiliser entreprises et petits commerces sachant qu'aucun organisme transversal ne structure ce secteur pour fédérer les actions. En outre, quelques centaines de milliers de tonnes d'emballages commerciaux - « la zone grise » - sont assimilées aux emballages ménagers quand, à l'inverse, des emballages ménagers deviennent des emballages commerciaux comme l'a montré Autoroutes du Sud de la France (ASF). Conclusion ? La France va devoir traquer les tonnes marginales pour passer de 45,3 % en 2002 à 55 % de recyclage en 2008.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Vrac, polystyrène, échantillons et réemploi au menu de la loi Climat

Economie circulaire

Vrac, polystyrène, échantillons et réemploi au menu de la loi Climat

Le Parlement a définitivement adopté le projet de loi Climat et résilience. Les articles 11, 11 bis et 12 concernent plus particulièrement les emballages avec des échéances en 2025 ou en 2030. - Le[…]

Toujours plus de briques recyclées à Hondouville

Economie circulaire

Toujours plus de briques recyclées à Hondouville

Jindal lance des emballages souples en rPP

Economie circulaire

Jindal lance des emballages souples en rPP

Paprec en lice pour Chapelle-Darblay

Economie circulaire

Paprec en lice pour Chapelle-Darblay

Plus d'articles