Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Dossier

La chasse aux fumées toxiques est ouverte

Gilles Solard
 

L'incinération a mauvaise presse ! Pourtant ce mode de valorisation est le traitement destructif des déchets par combustion dans des fours appropriés. Il réduit le volume (90 %) et le poids (70 %) des déchets et produit une minéralisation en mâchefers d'incinération des ordures ménagères (Miom) et une concentration des polluants présents dans les déchets en résidus d'épuration des fumées d'incinération des ordures ménagères (Refiom). Enfin, le procédé délivre de l'énergie sous forme d'électricité et de vapeur.

Apparue dès le début du xxe siècle comme une solution privilégiée, voire comme la voie royale dans l'élimination des déchets, cette technique s'est cependant révélée préjudiciable pour l'environnement si aucune mesure sérieuse n'était prise pour le traitement des fumées. Cette problématique explique, en tout cas, la chute du parc d'usines d'incinération d'ordures ménagères. Ce parc ne comporte plus que 123 incinérateurs contre 300 en 1998, après des actions drastiques de mises en conformité et la fermeture de 150 incinérateurs en deux ans, mais sans diminution de la capacité d'incinération. Depuis un an, l'ensemble du parc, qui peut traiter 2 000 tonnes de déchets par heure, respecte les dispositions de l'arrêté du 25 janvier 1991, le premier en la matière.

Depuis les arrêtés du 20 septembre 2002, qui transposent en droit national la directive du 4 décembre 2000 réglementant l'incinération et la co-incinération de tous les déchets, dangereux ou non, les installations ont jusqu'au 28 décembre 2005 pour se mettre en conformité. Elles devront émettre 0,1 nanogramme par mètre cube de dioxines, 200 à 400 mg/m3 d'oxyde d'azote (Nox) selon la taille des unités et 50 mg d'oxyde de soufre.

Emissions toxiques réduites de 90 %

L'idée de la directive est d'atteindre l'objectif plus large énoncé dans le 5e programme en matière d'environnement, à savoir réduire de 90 % les émissions de dioxines et de furannes provenant de sources connues entre 1985 et 2005. Or, les émissions de dioxyde des incinérateurs ont déjà été divisées par dix de 1995 à aujourd'hui... Reste que les écologistes demandent toujours une fermeture pure et simple des sites. Alors que la mise aux normes exige des moyens considérables : 200 millions d'euros pour la seule région Ile-de-France. L'incinération s'est, malgré tout, trouvé une place dans le paysage du développement durable. On manque d'incinérateurs pour les années à venir... Et, sachant que la mise en décharge est interdite, l'incinération est un passage obligé.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Orangina Suntory France s’engage avec Loop

Economie circulaire

Orangina Suntory France s’engage avec Loop

Le groupe de boissons rejoint la plate-forme de e-commerce avec six références en bouteilles de 25 cl en verre consigné. - Quelques jours après une huile moteur Helix du pétrolier Shell, six[…]

20/02/2020 | Verree-commerce
Un manchon très étirable

Economie circulaire

Un manchon très étirable

Knauf améliore la circularité du PSE

Economie circulaire

Knauf améliore la circularité du PSE

Shell teste la plate-forme e-commerce consignée Loop

Economie circulaire

Shell teste la plate-forme e-commerce consignée Loop

Plus d'articles