Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

La CCA s'adapte à la distribution

Sujets relatifs :

 

« Nous commercialisons des cerises, des asperges, des abricots et des châtaignes pour le compte de nos adhérents et nous réalisons aujourd'hui plus de 40 % de notre chiffre d'affaires avec des enseignes comme Auchan, Carrefour ou Intermarché », explique Jean-François Grange le directeur de l'unité de conditionnement de la Coopérative castanéicole et agricole (CCA) basée à Lasalle (Gard). Une diversification en direction de la grande distribution qui a conduit les dirigeants de cette union coopérative à s'engager dans la modernisation de son appareil de production. « Depuis quelques mois, nous avons mis en place un plan de développement qui doit nous permettre de conforter nos parts de marché dans le circuit des hypermarchés et supermarchés. Il a donc fallu modifier et adapter nos emballages pour intégrer à notre offre les notions de service aux consommateurs et de traçabilité. Un élément déterminant pour s'imposer en linéaires et sur le marché des produits frais », poursuit Jean-François Grange. L'installation en mars 2001 sur l'unité de conditionnement de Lasalle d'une barquetteuse de l'espagnol Ulma répond à cette nouvelle orientation. Pour un investissement total de 15 200 euros, la coopérative peut désormais conditionner l'ensemble de sa production en barquettes filmées standards. « Sur les 100 tonnes de châtaignes que nous recevons, 70 tonnes sont conditionnées en barquettes de 500 grammes, avec une possibilité de traiter tous les formats intermédiaires jusqu'au kilo, par seuil de 50 grammes ». Des châtaignes qui sont triées et calibrées en amont et directement sur le site de production avant d'être emballées selon leur taille. Les plus grosses (groupe 0) sont conditionnées en barquettes de 40 unités, celles du groupe 1 en barquettes de 40 à 60 unités, les groupes 2 de 60 à 80 unités et les groupes 3 de 80 à 100 unités. L'objectif étant d'offrir au client un produit emballé et identifié qui corresponde réellement à ses besoins sans contraintes de pesage sur le point de vente. La coopérative, qui traite deux tonnes par jour en période de campagne, prévoit après ce rodage commercial et technique d'affecter sa barquetteuse au conditionnement de ses autres gammes de produits frais. D'autres investissements sont programmés pour l'année 2002, sur le même type de machine, afin d'augmenter les volumes de produits conditionnés, en réduisant ainsi la part du vrac.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Vinadeis veut fermer son site d’embouteillage de Narbonne

Social

Vinadeis veut fermer son site d’embouteillage de Narbonne

Le groupe viticole veut concentrer ses activités de conditionnement à Carcassonne (Aude) et Maureilhan (Hérault). - Le groupe viticole Vinadeis a annoncé son intention de fermer en 2020 le site d’embouteillage[…]

10/09/2019 | Vins
De l’eau en brique en Belgique

Economie circulaire

De l’eau en brique en Belgique

Un centre pour les hautes pressions dans le Val de Loire

Investissements

Un centre pour les hautes pressions dans le Val de Loire

Lonza rachète un site de conditionnement à Novartis

Acquisitions

Lonza rachète un site de conditionnement à Novartis

Plus d'articles