Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Concours

La canette autorafraîchissante est industrialisable

ARNAUD JADOUL

Sujets relatifs :

, ,
Thermagen a conçu une boîte-boisson qui abaisse la température de son contenu de 15 °C en trois minutes. Encore au stade de prototype, elle pourrait être produite à grande cadence. A condition d'être acceptée par les consommateurs et de trouver un partenaire industriel.

Avaler une boisson fraîche, sur une plage ou dans un stade : un plaisir simple, mais difficile à satisfaire par temps chaud, quand on ne dispose pas d'un réfrigérateur, d'une glacière... ou encore d'une canette autorafraîchissante. Ce rêve pourrait pourtant devenir réalité d'ici peu avec Glacé, un emballage « intelligent » conçu par une société créée en juin 2000, Thermagen. L'équipage Pescarolo/de Liedekerke en a testé des prototypes lors du rallye Dakar 2003.

La boîte-boisson autorafraîchissante fait jusqu'à présent un peu figure d'Arlésienne... Ce n'est pas faute d'idées : depuis l'invention d'un appareil portatif réfrigérant par le Français Paul Théodore en 1902, les projets ont abondé à travers le monde, des Etats-Unis à la Corée en passant par l'Italie. Alors, comment Fadi Khairallah et Pierre Jeuch, les fondateurs et dirigeants de Thermagen, ont-ils réussi à mettre au point une canette qui peut abaisser la température d'une boisson de 15 °C en trois minutes ? « En s'inspirant simplement du phénomène physique de la cruche en terre cuite et en faisant s'évaporer sous vide un centilitre d'eau à l'aide d'une céramique technique », répond Fadi Khairallah, 31 ans, ingénieur en travaux publics et titulaire d'un MBA d'HEC. Et aussi en travaillant plus de deux ans sur le projet et en y investissant quelque deux millions d'euros.

Le système a fait l'objet de pas moins de onze brevets. La canette comporte deux compartiments. La partie inférieure enferme le dessicant, une argile hydrophile sous vide. Dans la partie supérieure, un échangeur thermique en acier contient l'eau sous vide. Entre les deux, une paroi métallique intégrant une valve. Le processus est activé en appuyant sur un bouton situé sur le fond de la boîte. La pression exercée provoque l'ouverture de la valve. Le dessicant agit alors comme une pompe à vapeur et entretient le vide. L'eau, en s'évaporant sous basse pression, extrait les calories de la boisson et celle-ci est refroidie par l'échangeur thermique.

Simulation numérique

« Nous avons voulu être pragmatiques avant tout et retenir des opérations simples, plutôt qu'un assemblage complexe, avec des procédés industriels éprouvés », confie Fadi Khairallah. Mais cela a exigé des moyens exceptionnels de simulation numérique pour, en particulier, étudier la géométrie de l'échangeur, optimiser le système d'évaporation et de transmission du froid et choisir les matériaux. Mais aussi pour concevoir un procédé industrialisable à grande cadence « qui respecte toute la chaîne de valeur, de la fabrication à la distribution », précise le président de la jeune pousse. Ces développements ont été réalisés grâce à l'appui technique du Commissariat à l'énergie atomique (CEA), de l'Agence spatiale européenne (ESA) et d'Arcelor Packaging. Thermagen a reçu également le concours du Centre technique des industries mécaniques (Cetim) et du designer Fabrice Peltier, tandis que le fonds d'investissement Emertec, l'Agence nationale pour la valorisation de la recherche (Anvar), le Crittméca (Région Ile-de-France) et l'incubateur Ile-de-France Sud Incubation lui ont apporté un soutien financier.

Il reste à lancer un test de marché pour valider Glacé auprès des consommateurs et à surmonter le scepticisme des industriels, des producteurs de boissons comme des fabricants de canettes. C'est l'objectif de Thermagen pour 2003... Avant, éventuellement, de décliner ce nouveau procédé à d'autres applications.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Ni BPA ni BPS dans les canettes

Décryptage

Ni BPA ni BPS dans les canettes

A la suite d’une étude scientifique sur la substitution de l’un par l’autre, les fabricants de boîtes boisson rappellent avoir opté pour d’autres résines et/ou vernis. - Le GIE La Boîte[…]

26/07/2019 | PlastiquesAluminium
Des quarts de vin en canette

Des quarts de vin en canette

Des « Pixelcans » sur le Tour de France

Economie circulaire

Des « Pixelcans » sur le Tour de France

Finis les multipacks avec les canettes vissées de Corona

Video

Finis les multipacks avec les canettes vissées de Corona

Plus d'articles