Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Dossier

La barquette donne un nouvel élan au bois

Tiziano Polito

Sujets relatifs :

, ,
 

L'emploi du bois dans l'industrie de l'emballage tend à décliner. Si la palette en bois résiste malgré les assauts du carton ondulé et du plastique, il n'en va pas de même pour les cagettes en bois léger. Autrefois très usités pour les fruits et légumes, ces emballages sont menacés par les matériaux concurrents jugés plus performants au plan de la logistique et de l'hygiène. Mais l'avenir n'est pas si sombre. Car certaines niches de marché offrent au bois de nouvelles perspectives. C'est le cas dans l'industrie du luxe qui affiche un certain regain d'intérêt pour ce matériau dans la réalisation de coffrets voire de boîtes de savons.

Néanmoins, c'est du côté de la barquette que se situe le plus fort potentiel. Selon une étude MSI, le marché de la barquette alimentaire en bois progressera de 5 % au cours des trois prochaines années en France. Et, comme souvent, la croissance trouve son moteur dans les produits innovants. A l'image de la barquette cousue Cembio de Comas, l'expérience menée par Panibois illustre bien cette dynamique. En 1995, lorsque cette société se lance dans la fabrication de moules à pain, elle ne sait pas encore qu'elle a découvert une vraie mine d'or. « Nous avons commencé un peu par hasard, car au départ nous voulions fabriquer des barquettes pour champignons. Un revers de marché nous a obligés à trouver de nouveaux débouchés et à nous tourner vers la boulangerie », explique Philippe Bouton-Hugues, gérant de l'entreprise.

Valoriser les produits

Plus qu'un emballage, Panibois propose une barquette en bois pour cuire et conditionner le pain. Le procédé, breveté, est baptisé Pani-Moule. « En associant le bois au pain nous jouons sur deux registres complémentaires : la tradition et la qualité », observe Philippe Bouton-Hugues. Les boulangeries adoptent le concept pour valoriser les produits les plus coûteux tels les pains spéciaux multicéréales ou ceux issus de farines biologiques. Le succès est immédiat. Du coup, Panibois décline son idée à la pâtisserie et améliore son outil avec un procédé de collage de bois humide éliminant les agrafes. Les résultats sont là. En quelques années, le chiffre d'affaires de Panibois grimpe de façon spectaculaire, pour atteindre 3 millions d'euros en 2002 dont 50 % réalisés à l'export. La prochaine étape consistera à s'attaquer à de nouveaux marchés comme celui de la charcuterie.

Même son de cloche à la Société européenne d'emballage et de conditionnement (SEEC), l'inventeur de la boîte à camembert, qui a trouvé dans la barquette en bois thermoformé une opportunité de diversification sur des marchés comme les fruits secs, la charcuterie ou les herbes aromatiques. L'idée, toujours la même, consiste à utiliser l'image du bois pour différencier le produit en linéaire. Et ça marche ! « Les ventes ont fortement progressé au cours des dernières années. Nous travaillons maintenant sur de nouvelles formes de barquettes », note Thierry Grouazel, directeur R&D de l'entreprise. Le bois n'a pas dit son dernier mot.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

La tonnellerie française résiste à la conjoncture

Résultats

La tonnellerie française résiste à la conjoncture

Modérée en 2018, la croissance est surtout due à l’évolution des ventes en France. - En 2018, les tonneliers français ont produit 670 000 unités, en croissance de 2%, pour un chiffre[…]

16/10/2019 | Vins
La lune de miel continue entre Famille Michaud apiculteurs et Chep

Stratégie

La lune de miel continue entre Famille Michaud apiculteurs et Chep

La palette Europe passe au marquage à l’encre

Profession

La palette Europe passe au marquage à l’encre

LPR se développe au Portugal

Investissements

LPR se développe au Portugal

Plus d'articles