Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

L'industrie allemande victime de la consigne obligatoire

ARNAUD JADOUL

Sujets relatifs :

, ,
Le verdict d'une étude menée par Europen est implacable : en Allemagne, le système de la consigne a des effets économiques, environnementaux et sociaux désastreux.

Décidément, le système allemand de la consigne obligatoire imposée sur certains emballages non reremplissables depuis janvier 2003 n'en finit pas d'être condamné. Après que la Commission européenne a demandé à Berlin de revenir sur son dispositif (lire 704), considéré comme une entrave à la libre circulation des marchandises, l'étude que l'association européenne spécialisée dans l'emballage et l'environnement Europen vient de réaliser n'est pas nuancée : ce système a un impact dévastateur sur le marché des boissons et l'industrie de l'emballage.

Les conséquences économiques sont désastreuses. Europen estime que les pertes de chiffre d'affaires ont atteint jusqu'à 740 millions d'euros pour les industries des boissons et de l'emballage. Entre janvier et octobre 2003, les ventes de bière et de boissons carbonatées sans alcool ont reculé de respectivement 7 et 9 %. Les boîtes-boissons ont quasiment disparu du marché et la consommation d'acier pour canettes a chuté de 80 %.

De même pour les bouteilles en plastique non reremplissables, en particulier celles de 50 centilitres.

3 000 postes supprimés

L'emploi en est évidemment très affecté : en 2003, près de 3 000 postes ont été supprimés en Allemagne et plus de 9 500 devraient l'être encore en 2004. Des usines ont déjà fermé en Suède et au Royaume-Uni. La gestion du système est également onéreuse pour les détaillants. Pour sa part, DSD, l'Eco-Emballages allemand, évalue sa perte à 310 millions d'euros, soit 20 % de ses revenus.

L'impact environnemental n'est pas meilleur. C'était pourtant l'objectif initial recherché par Klaus Töpfer, le ministre allemand de l'Environnement. En sous-utilisant leurs capacités, les fabricants d'emballage et les logisticiens voient leurs coûts par unité produite augmenter. Le taux de retour des emballages reremplissables est tombé sous la barre des 50 % dans certains cas. Pas étonnant quand, malgré la consigne, l'achat d'un emballage réutilisable est plus intéressant que celui d'un contenant jetable. Et, globalement, le système génère plus de transports, une augmentation des déchets d'emballage et une séparation -coûteuse - des procédures de collecte et de recyclage. Au plan social enfin, les suppressions d'emploi touchent des régions métallurgiques qui souffrent déjà du chômage. Et les consommateurs doivent finalement supporter le coût de ce système.

Tirant les enseignements de cette situation, Europen recommande de ne pas mettre en place de tels systèmes sans le soutien des acteurs concernés, ni objectifs politiques clairs, ni mesure des effets sur le marché intérieur européen. L'association constate heureusement que, à la différence du modèle allemand sur les déchets d'emballages, ce dispositif n'a pas été copié par les autres Etats de l'Union européenne.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

La valorisation des capsules de café en aluminium relocalisée en France

Economie circulaire

La valorisation des capsules de café en aluminium relocalisée en France

L’Alliance pour le recyclage des capsules en aluminium et Veolia s’associent pour fournir une seconde vie au matériau et au contenu. - De l’aluminium pour fabriquer de nouveaux objets, du marc de café[…]

Earth Cup exposé à l’Élysée

Rendez-vous

Earth Cup exposé à l’Élysée

LPR ouvre une filiale en Roumanie

Investissements

LPR ouvre une filiale en Roumanie

Starbucks va tester la consigne

Economie circulaire

Starbucks va tester la consigne

Plus d'articles