Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Dossier

L'Europe accroît les objectifs de recyclage

Henri Saporta

Sujets relatifs :

, ,
 

C'est un grand pas en avant... à l'échelle de Bruxelles ! Le Parlement européen et le Conseil se sont mis d'accord sur le projet de révision (lire 600) de la directive 94/62/CE. En effet, au mois de décembre dernier, le comité de conciliation Parlement européen-Conseil a délivré le résultat de ses délibérations.

Et le résultat est plutôt « gratiné » : autant le dire, l'Union européenne n'y est vraiment pas allée de main morte. Les objectifs de recyclage des déchets d'emballages qui devront être fixés par les Etats membres pour 2008 seront compris entre 55 et 80 % contre 25 à 45 % dans la directive initiale de 1994. Quant aux objectifs de valorisation, ils devront être fixés au minimum à 60 % contre 50 à 65 %. Le choix de définir des objectifs de recyclage différenciés par matériaux est confirmé : 60 % pour le verre et le papier, 50 % pour les métaux, 22,5 % pour les plastiques et 15 % pour le bois. Ces objectifs différenciés placent la barre très haut pour les plastiques. Point essentiel, l'accord va permettre aux membres de l'Union européenne de continuer à comptabiliser l'incinération - propre, avec récupération d'énergie - dans le cadre des objectifs communautaires. Mais pas définitivement... Le texte prévoit, en effet, un réexamen de la question dans le cadre de la stratégie thématique de l'Union européenne en matière de prévention et de recyclage des déchets, actuellement en préparation. Et ce débat sur le rôle de l'incinération comme mode de valorisation traduit une nette évolution - un recul ? - par rapport à la directive de 1994 qui mettait incinération et recyclage sur le même plan.

Ambition démesurée

Par ailleurs, le sursis accordé aux « petits pays » est raccourci. La date limite fixée à la Grèce, à l'Irlande et au Portugal pour la réalisation de leurs objectifs est l'année 2011. Ce qui ramène de quatre à trois ans le délai accordé à ces pays par rapport aux 12 autres États membres. L'échéance applicable aux pays en voie d'adhésion sera fixée dans une nouvelle proposition qui sera soumise prochainement par la Commission.

S'il va de soi que le recours à la décharge n'est pas de mise, il reste néanmoins à prendre en compte la réalité. La décharge reste aujourd'hui la solution de facilité dans de nombreux pays. Dont la France malgré toutes les mesures prises. Quant à la notion de déchets ultimes, seuls déchets qui peuvent être enfouis en centre d'enfouissement technique (CET), elle reste à géométrie variable. Dans ce contexte, la mise à niveau de la Grèce, de l'Irlande et du Portugal, sans parler des nouveaux entrants, risque de poser de sérieux problèmes. L'ambition affichée en matière de recyclage n'en paraît que plus démesurée !

Pour l'heure, cet accord émis par le comité de conciliation doit maintenant être confirmé en troisième lecture par le Conseil et le Parlement. La nouvelle directive devrait entrer en vigueur au début du printemps 2004 pour être transposée en droit national au plus tard à l'automne 2005. De quoi donner du grain à moudre à la filière de l'emballage et du conditionnement...

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Une acquisition espagnole pour Alpla

Acquisitions

Une acquisition espagnole pour Alpla

Avec Bopla, le groupe autrichien d’emballage plastique complète son portefeuille dans la cosmétique, l’hygiène et l’entretien ménager. - L’autrichien Alpla annonce l’acquisition de[…]

Une sortie de crise incertaine dans les emballages plastique

Profession

Une sortie de crise incertaine dans les emballages plastique

Albéa finalise la vente de son activité distribution à Silgan

Acquisitions

Albéa finalise la vente de son activité distribution à Silgan

Lactips lève 13 millions

Investissements

Lactips lève 13 millions

Plus d'articles