Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Acquisitions

L'étiquette mondiale en pleine recomposition

Gilles Solard

Sujets relatifs :

, ,
Entre Labelexpo Americas qui vient de fermer ses portes et le prochain sommet européen de l'étiquette en octobre, l'étiquette ne manque pas de faire parler d'elle. D'autant qu'elle est prise depuis deux ans dans un vaste mouvement de concentration. Deux études récentes des cabinets Xerfi et MSI en dressent un panorama.

Labelexpo Americas, qui a lieu à Chicago tous les deux ans et qui a fermé ses portes le 16 septembre dernier, n'avait jamais connu un tel succès. Pour sa 10e édition, le salon a accueilli pas moins de 400 exposants. Les grands noms du monde de l'étiquetage comme Avery Dennison, BST International, Gallus, Green Bay Packaging, Hewlett Packard, Mark Andy, Nilpeter ou Omet étaient présents. Mais quelques entreprises comme Ciba Specialty, Klockner Pentaplast of America, Rocheux ou CVC Technologies y venaient depuis la première édition. Dans ce lieu, on ne parle plus seulement d'étiquettes mais aussi de protection des marques, d'authentification, de lutte contre le vol et d'identification par radiofréquence (RFID). Des thèmes qui seront d'ailleurs également abordés les 12 et 13 octobre prochains à Prague lors du sommet européen de l'étiquette où l'élargissement de l'Union européenne et le mouvement de concentration européen et mondial seront à l'ordre du jour. Car, si la croissance des marchés de l'étiquette en Europe et aux Etats-Unis n'atteint plus les sommets de ces dernières années, la relève est aujourd'hui largement assurée par des pays comme la Chine, l'Inde, l'Amérique du Sud ou l'Europe de l'Est. Le choix de Prague n'est donc pas anodin, tout comme le lancement du salon Labelexpo à Mexico en juin 2004 ou celui de Labelexpo au Brésil en 2005...

Le mouvement de concentration de l'industrie de l'étiquette est, lui, particulièrement visible. Depuis deux ans environ, nous assistons à une impressionnante série de cessions-acquisitions. A commencer par Jarvis Porter qui, début 2002, se sépare de quatre unités de production au profit du canadien CCL Industries. Ce dernier réalise également l'acquisition de l'usine d'Avelin (Nord) auprès d'Avery Dennison qui finit par lui céder aussi ses activités de transformation d'étiquettes pour emballages. Soit trois sites, dont l'unité de Chilly-Mazarin (Essonne). Et ,le 9 juillet dernier, CCL industries a annoncé son intention de fusionner ses activités dans l'étiquetage en Europe et en Asie avec Steinbeis établi à Holzkirchen en Allemagne. Après fusion, les ventes de cette nouvelle entité atteindront 267 millions d'euros. La division étiquettes de CCL Industries compte désormais 30 sites pour un chiffre d'affaires de 575 millions d'euros.

Supports pour étiquettes

En août 2002, UPM Kymmene prévoit l'acquisition de Mactac à l'américain Bemis pour 445 millions d'euros. Opération qui sera définitivement stoppée en juillet 2003 par la division antitrust du ministère américain de la Justice. Entre-temps, Avery Dennison aura finalisé le rachat de l'allemand Jackstadt spécialisé dans les supports pour étiquettes, qui comprend dix sites de production en Europe et réalise 447 millions d'euros de chiffre d'affaires. De son côté, le français Gascogne, qui se lance alors dans l'emballage souple, reprend le suisse SJP qu'il rebaptise Sopal Panoval. En France, Firopa et Eticoncept rachètent également des entités dans l'étiquette. De même que JPL Etiquette a repris la division Imprim Etic au groupe Ileos. Et le belge Bopack reprend l'imprimeur néerlandais d'étiquettes Correct Etiketten. Le numéro trois de l'étiquette en Europe décide alors de réaliser une nouvelle acquisition par an pour doubler son chiffre d'affaires à 200 millions d'euros dans les cinq ans qui viennent... Enfin, ce mouvement de recomposition fait naître des vocations. « Adapack est une nouvelle société française créée en vue de constituer l'un des principaux leaders mondiaux dans le domaine des papiers couchés une face destinés aux industries de boissons », indique cette entreprise récemment créée. Appuyé par AtriA Capital Partenaires, Adapack est dirigé par Jean-Pierre Brice, ex-directeur général de la branche papiers fins d'ArjoWiggins, et par Philippe Lavaud, préalablement président de la division étiquette et emballage d'Ahlstrom. La société a repris à International Paper les Papeteries de Souche qui réalisent 61 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Parallèlement, les investissements pleuvent. En 2002, Rotanotice lance la construction d'une unité à L'Isle-d'Espagnac (Charente) et crée une structure commerciale en Grande-Bretagne. Six mois plus tard, c'est Pago qui injecte 6 millions d'euros sur son site d'Elancourt (Yvelines) pour 12 000 mètres carrés de locaux qui permettront à l'entreprise d'augmenter ses capacités de production de 30 %. De son côté, l'allemand Rako construit un bâtiment de 1 200 mètres carrés à Faulquemont (Moselle). L'imprimerie Malherbe à Caen (Calvados) construit une usine pour un investissement de 3,5 millions d'euros. Et CPC, qui a racheté coup sur coup Sipse, Oralu et Haferkampf, a investi 6,5 millions d'euros dans Haferkampf à Oldenburg en Allemagne. « La plus importante et la plus performante des unités d'étiquettes sèches en Europe », affirmait alors CPC. Enfin JPL Etiquette a consacré 1,5 million d'euros à une unité de 4 500 mètres carrés équipée d'un atelier propre de 1 000 mètres carrés pour la production d'étiquettes pharmaceutiques.

Bref, ça bouge dans l'étiquette. Et cela ne fait sans doute que commencer...

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Probeo reprend Bordas

Acquisitions

Probeo reprend Bordas

L’entreprise se renforce dans les emballages pour les bouchers et charcutiers. - Probeo a repris les établissements Bordas. Le fabricant français de « solutions de communication pour le développement des[…]

11/06/2021 |
Naissance d’un expert de la bouteille PET

Acquisitions

Naissance d’un expert de la bouteille PET

Gualapack s’offre Easysnap

Acquisitions

Gualapack s’offre Easysnap

Ondulé : VPK veut produire des plaques à Alizay

Acquisitions

Ondulé : VPK veut produire des plaques à Alizay

Plus d'articles