Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Dossier

L'emballage peine à vendre sa valeur ajoutée

Sujets relatifs :

,
La sixième édition de notre Top 500 confirme que la filière de l'emballage et du conditionnement recule en valeur alors qu'elle se maintient en tonnages. Un phénomène préoccupant.

Le leader mondial de l'emballage est européen : Tetra Laval. Un leader mondial désormais présent dans les emballages en carton pour liquides avec Tetra Pak et dans les emballages en plastique avec Sidel. Confronté à la stagnation de son marché traditionnel - le lait - dans les pays développés, Tetra Laval a entrepris, depuis quelques années, de se réinventer afin de se créer des relais de croissance. En partant, d'une part, à la conquête du nouveau marché de la conserve alimentaire en carton avec Tetra Recart de Tetra Pak - Bonduelle a ouvert le bal - et des bouteilles en plastique avec Sidel, d'autre part. Tetra Laval a pour particularité d'offrir un service complet autour d'une machine et d'un matériau et s'adresse directement au consommateur final. Aux clients de ses clients.

Or la stratégie de Tetra Laval demeure encore aujourd'hui un cas particulier dans ce secteur industriel. Et pose, à cet égard, un certain nombre de questions. En promouvant ses marques, ses savoir-faire et sa capacité d'innovation, l'entreprise suédoise affirme encore et toujours que l'emballage, loin d'être une commodité, est bien un service industriel à valeur ajoutée sur lequel repose une part déterminante de la valeur du produit conditionné et, partant, la réussite de ses clients.

Mais nos différents classements issus des résultats de 2003 montrent bien un recul des chiffres d'affaires additionnés des dix premiers groupes mondiaux. Coincés entre les fournisseurs de matières premières et les distributeurs, les industriels de l'emballage ont toujours du mal à faire valoir leur valeur ajoutée. Ce phénomène se transcrit par un recul de la valeur des entreprises alors que le marché reste globalement orienté à la hausse avec une progression du nombre d'unités de vente consommateurs (UVC).

Alors, simples fournisseurs de commodités ou réels partenaires des marques, les industriels de l'emballage ? La question semble plus que jamais d'actualité sachant que l'année 2004 se conclut sur des hausses de matières premières qui se transcriront dans les comptes.

Reste que se superpose à ce phénomène préoccupant un réel facteur d'optimisme. Pleinement engagée dans la course à la mondialisation, la filière de l'emballage et du conditionnement offre de réelles occasions de développement aux petites et moyennes entreprises aux côtés des grandes sociétés. C'est une véritable chance pour l'industrie française. A condition qu'elle sache prendre le virage de l'exportation...

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Bonduelle accroît ses capacités américaines de conditionnement

Bonduelle accroît ses capacités américaines de conditionnement

Le légumier français a acquis une usine spécialisée dans les surgelés en Pennsylvanie. - Le groupe Bonduelle complète son dispositif industriel aux États-Unis en acquérant auprès de l’américain Seneca l’usine de Lebanon (Pennsylvanie). Celle-ci[…]

Coup de chaud pour les sachets de thé Yorkshire Tea

Coup de chaud pour les sachets de thé Yorkshire Tea

Catalent gonfle ses capacités de conditionnement

Catalent gonfle ses capacités de conditionnement

Burgopak sécurise l’étui

Sécurité sanitaire

Burgopak sécurise l’étui

Plus d'articles