Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

L'eau plus chère que l'essence...

AJ HS

Sujets relatifs :

, ,
 

« Alors que l'eau minérale en bouteille n'est souvent pas plus saine que l'eau du robinet dans les pays industrialisés, elle peut coûter jusqu'à 10 000 fois plus cher » si l'on tient compte de l'énergie utilisée pour la mise en bouteille, le transport et l'éventuel recyclage des contenants, selon Emily Arnold, auteur d'une étude sur l'eau embouteillée publiée en février par l'Earth Policy Institute. « A environ 2,50 dollars le litre, l'eau en bouteille coûte finalement plus cher que l'essence », ajoute-t-elle. L'auteur souligne que les réglementations sont souvent beaucoup plus sévères et contraignantes pour l'eau du robinet que pour l'eau en bouteille. Ce qui expliquerait en partie les problèmes d'image et de perception de qualité liés à l'eau du robinet. L'étude note d'ailleurs que, à l'échelle mondiale, environ 40% des eaux embouteillées proviennent en réalité du... robinet : et seule l'adjonction de minéraux justifie, dans ce cas, un éventuel argumentaire lié aux bienfaits pour la santé de ces eaux.

Progression spectaculaire. C'est la progression spectaculaire de la consommation d'eau en bouteille qui a entraîné l'explosion de ces « coûts colossaux » : transformation du matériau, fabrication des bouteilles, le plus souvent en polyéthylène téréphtalate (PET) dont la consommation annuelle est estimée à 2,7 millions de tonnes au niveau mondial, remplissage, puis acheminement par bateau, avion, train ou camion dans le monde entier et, enfin, valorisation des emballages. Sur ce dernier point, l'étude souligne que 40% des bouteilles en PET récupérées aux Etats-Unis sont expédiées en Chine.

Consommation par personne. La consommation mondiale d'eau en bouteille a atteint 154 milliards de litres en 2004 contre 98 milliards en 1999. Soit un bon de 57% en 5 ans... Les Américains sont les premiers consommateurs, avec 26 milliards de litres, soit environ un verre de 25 cl par personne et par jour. Ils sont suivis des Mexicains (18 milliards de litres), des Chinois et des Brésiliens (12 milliards chacun). Pour la consommation par personne, les Italiens arrivent en tête avec près de 184 litres, devant les Mexicains (169 litres), les Emirats (164 litres), les Belges et les Français (145 litres). Et la consommation a triplé en Inde et doublé en Chine.

Ressources naturelles. Sans aborder la question de l'emploi généré par l'activité économique des métiers de l'embouteillage de l'eau, l'étude affirme enfin que l'eau en bouteilles n'est pas la bonne solution pour assurer les besoins du milliard de personnes qui ne disposent pas aujourd'hui d'une eau potable de qualité. Mais il y a pire : en Inde, rapporte l'étude, quelque 50 villages manquent d'eau car Coca-Cola exploite la ressource pour conditionner son produit vendu sous la marque Dasani. L'étude estime que mieux utiliser les ressources naturelles, telles que les eaux de pluie, est plus en phase avec le développement durable...

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Malengé Packaging accélère dans le sachet barrière recyclable

Economie circulaire

Malengé Packaging accélère dans le sachet barrière recyclable

Le fournisseur nordiste décline ses gammes de produit autour du concept Cycle Pack, un papier qui résiste à l'oxygène, à l'humidité et aux graisses - En 2018, Malengé Packaging[…]

22/01/2021 | Papier
Verallia dévoile sa feuille de route pour l’environnement et le social

Economie circulaire

Verallia dévoile sa feuille de route pour l’environnement et le social

Usage unique : « Notre analyse de cycle de vie délivre des chiffres robustes », affirme David Schisler, le patron de CEE Schisler

Profession

Usage unique : « Notre analyse de cycle de vie délivre des chiffres robustes », affirme David Schisler, le patron de CEE Schisler

« Nous sommes les seuls à apporter une solution biologique pour la fin de vie des plastiques », assure Martin Stephan, directeur général délégué de Carbios

Economie circulaire

« Nous sommes les seuls à apporter une solution biologique pour la fin de vie des plastiques », assure Martin Stephan, directeur général délégué de Carbios

Plus d'articles