Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Dossier

L'appertisé fait un pas prudent vers le plastique

ARNAUD JADOUL

Sujets relatifs :

,
 

Saupiquet va-t-il dynamiser le marché des filets de maquereaux avec sa publicité pour l'ouverture facile ? L'opercule aluminisé souple et pelable qui est ainsi promu pourrait apporter une bouffée d'oxygène à la conserve de poisson.

Un secteur qui pèse près de 120 millions d'euros, progresse au rythme de l'élargissement de l'offre et est en constante quête de modernité. Promoteur de l'Easy Peel, Impress en est, en tout cas, convaincu, et travaille activement sur de nouveaux développements de boîtes et de couvercles.

En effet, la bonne vieille boîte en fer-blanc doit évoluer. On lui reproche une image démodée et une ouverture parfois sportive. Porté par la mode du snacking et des salades préparées, le secteur a entamé, depuis la fin des années 1990, une cure de rajeunissement. Mais ces tentatives ont plutôt tendance à faire long feu. Ou doivent encore faire leurs preuves. A l'exemple du sachet souple de type Doypack, présenté lors de son lancement comme la plus importante innovation depuis que le thon est conditionné en boîte métallique ! On lui trouvait bien des avantages : stérilisation très rapide et amélioration du goût des aliments, praticité de l'ouverture, possibilités d'impression supérieures, intérêt logistique...

Echec du sachet

De nombreuses marques l'ont donc adopté : Petit Navire et Connétable pour le thon et des préparations pour salades, Saupiquet pour des salades et des dés de thon, Nautilus Food pour des crustacés... « Mais il ne fonctionne pas bien. La diversité des utilisations sème la confusion dans le rayon, et le consommateur ne veut pas payer plus cher un produit dont il ne perçoit pas la valeur supplémentaire qu'il apporte », constate Cédric Wehry, chef de groupe Petit Navire. Conséquence : Petit Navire renonce au thon en sachet, qui n'avait jamais atteint les 2 % de part de marché. « Il vaut mieux privilégier une segmentation par usage et par produit et non par emballage, analyse Cédric Wehry. Quant au sachet, il faut lui donner le temps d'entrer dans les habitudes des consommateurs. »

Qu'à cela ne tienne ! D'autres industriels jouent la carte du plastique. Par exemple, depuis l'été dernier, Cobreco propose une barquette micro-ondable pour sa tranche de thon entier naturel sous sa marque Arok. « Elle reste une boîte et ne perturbe pas le consommateur, le thon, ni aggloméré, ni émietté, se démoule facilement, et la possibilité de passer au micro-ondes ouvre la voie à d'autres modes de consommation », souligne Christian Bouiller, directeur commercial de Cobreco. Des atouts que soulignent les premiers résultats des ventes, dont la progression reste à confirmer car la mise en place dans la distribution n'est pas achevée. La concurrence se montre cependant réservée. Le sort du sachet souple a douché l'enthousiasme des partisans de la nouveauté. Le métal a encore de l'avenir...

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Delacre poursuit ses éditions caritatives

Delacre poursuit ses éditions caritatives

La cinquième édition est signée Kenzo Takada. - Après Chantal Thomass, Christian Lacroix, Serge Bensimon et Sarah Lavoine, Delacre a fait appel cette année à Kenzo Takada pour dessiner les décors[…]

13/11/2018 | DesignAcier
Conserverie Gonidec rappelle des sardines

Sécurité sanitaire

Conserverie Gonidec rappelle des sardines

Partenariat quinquennal pour Chaque canette compte et Citeo

Partenariat quinquennal pour Chaque canette compte et Citeo

L’acier pour canette en campagne

Profession

L’acier pour canette en campagne

Plus d'articles