Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Josef Kihlberg croit aux agrafes

HS

Sujets relatifs :

 

Développer ses positions sur le marché français de la fermeture des caisses en carton : tel est désormais l'objectif du suédois Josef Kihlberg en France. Et Emballage 2004 était donc une excellente occasion d'affirmer cette stratégie. D'autant que c'était la première fois que la nouvelle antenne française, dirigée par Frédéric Soulet, exposait sous le nom de Kihlberg. En tant que spécialiste de l'agrafage, Josef Kihlberg s'oppose à toutes les autres solutions de fermeture que sont la colle, l'adhésif et le feuillard. Pour Frédéric Soulet, l'agrafage présente quatre avantages qui en font une solution d'avenir : un coût global très bas, une vitesse de pose imbattable, une réduction des matériaux à la source - il faut trois agrafes pour fermer une caisse - et une garantie contre l'effraction. Le secteur du luxe apprécie, par exemple, que les caisses agrafées ne puissent pas être ouvertes sans traces d'effraction. Reste un inconvénient : l'étanchéité... L'agrafage n'offre pas la même protection que l'adhésif. « Certains de nos clients utilisent simultanément les deux solutions », note, à cet égard, Frédéric Soulet.

Réglage de la profondeur. Sur son site de Hjo, Josef Kihlberg intègre la totalité de la fabrication. Adaptées au standard mondial du 32 millimètres et au standard français du 35 millimètres, les agrafes sont réalisées en acier et en cuivre sans recours aux métaux recyclés afin d'offrir une excellente résistance au pliage. L'entreprise propose une large gamme d'agrafeuses manuelles et semi-automatiques avec un dispositif de réglage de la profondeur afin de ne pas mordre dans le produit contenu. A noter qu'un appareil à long manche permet de fixer le fond des caisses en carton sur les palettes. Présent sur les trois marchés que sont l'agrafage, la fixation industrielle et le cerclage en acier, Josef Kihlberg, présent dans 50 pays, réalise un chiffre d'affaires de quelque 53 millions d'euros.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Ball vend ses usines argentines d’aérosol

Acquisitions

Ball vend ses usines argentines d’aérosol

Le groupe américain se sépare de ses deux dernières unités de fabrication de boîtiers en fer-blanc. - Dans tous ses métiers de l’emballage, Ball se concentre de plus en plus sur l’aluminium.[…]

Ni BPA ni BPS dans les canettes

Décryptage

Ni BPA ni BPS dans les canettes

Quatorze lauréats pour la collecte innovante

Economie circulaire

Quatorze lauréats pour la collecte innovante

Consigne : la canette veut participer aux concertations

Réglementation

Consigne : la canette veut participer aux concertations

Plus d'articles