Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Ishida dope les performances de ses peseuses associatives

Tiziano Polito
Avec la série R, le constructeur japonais entend reprendre une longueur d'avance sur ses concurrents en termes de précision, vitesse et fiabilité.

En lançant la série R, dernière-née parmi ses peseuses associatives, Ishida a voulu répondre à un objectif simple mais primordial : améliorer l'interface homme-machine. En corollaire, l'honorable maison japonaise, qui est à l'origine des premières applications industrielles du pesage associatif en 1972, établit de nouveaux standards de performance en matière de précision, vitesse et fiabilité. Concernant le premier objectif, le constructeur de Kyoto est parvenu à ses fins en jouant la carte de la simplicité. Plus besoin de se perdre en saisies compliquées, il suffira de sélectionner la photo du sachet sur l'écran tactile pour lancer la production. « Les opérateurs ne sont pas forcément d'un niveau technique élevé », explique François Brown, directeur de la filiale française. Cette quête de simplicité transparaît sur toutes les étapes du cycle de fonctionnement de la peseuse. A commencer par l'alimentation du produit, gérée par ordinateur et contrôlée par une caméra numérique. Braquée sur la table de dispersion, elle permet à l'opérateur de vérifier que salades, viandes, confiseries, pâtes et autres aliments frais, secs ou surgelés qui sont traités sur ce type de machine, s'écoulent correctement vers les bennes de ravitaillement. Inutile de monter sur la plateforme pour s'en assurer. Les anomalies - fréquentes lorsque les denrées ont tendance à coller comme les dattes ou à « motter » comme le fromage râpé ou le thon - sont repérées et corrigées grâce au Pulse Width Modulation (PWM), un système qui agit sur la fréquence et l'amplitude des vibrations des convoyeurs radiaux afin d'alimenter chaque benne avec la même quantité de produit. « La régulation du flux est aussi capitale que la pesée », observe François Brown.

Outil de configuration intuitif

Deuxième aspect, essentiel dans une peseuse associative, la temporisation, à savoir la prise en compte des paramètres qui influent sur le temps d'écoulement du produit. Ceux-ci dépendent de ses caractéristiques intrinsèques - poids, densité, forme -, ainsi que de la hauteur de chute et des dimensions des bennes. Là aussi, Ishida a cherché à faire simple en développant un outil de configuration, par étapes, très intuitif. Troisième volet, le pesage, amélioré en termes de précision et de rapidité. Afin d'intégrer les interférences extérieures dans le calcul de la pesée, le constructeur a placé quatre capteurs sur le haut de la machine. Ils localisent et enregistrent les vibrations pour corriger les mesures dans les bennes concernées. Pour doper la puissance de calcul enfin, Ishida a décidé d'opter pour des processeurs dits Field Programmable Gate Array (FPGA) achetés comme des commodités puis flashés. « L'algorithme est implémenté dans la puce, alors qu'avant, il était programmé, ça nous permet d'aller beaucoup plus vite », indique François Brown. Effectivement, la série R calcule 16 associations de bennes par rapport à un poids cible, en sélectionne 3 et retient la meilleure, alors que dans le même laps de temps, une peseuse classique ne calculera et ne retiendra qu'une seule combinaison. Résultat : une vitesse de calcul 5 fois plus rapide par rapport aux équipements actuels ! Une quinzaine de machines ont déjà été commandées en France.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Multisac découpe avec Comexi

Investissements

Multisac découpe avec Comexi

Le fabricant d’emballages souples a investi dans une S1 DT. - Une machine pour en remplacer deux et produire encore plus vite… Multisac n’a pas eu à réfléchir longtemps lorsqu’il a[…]

06/12/2019 | PlastiquesProduction
Printpack Alger 2020 sur les rails

Rendez-vous

Printpack Alger 2020 sur les rails

Actemium investit dans la palettisation

Acquisitions

Actemium investit dans la palettisation

Un CFIA à Toulouse en 2020

Profession

Un CFIA à Toulouse en 2020

Plus d'articles