Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Ipaq installe son nouveau centre de recyclage chez O-I à Béziers

MIRABELLE BELLOIR
Inauguré en juin dernier, le troisième centre de transformation du verre collecté en calcin d'Ipaq a été construit sur le site de verrerie O-I à Béziers. L'objectif ? Alimenter directement les fours par un convoyeur automatisé. Résultat : un gain de temps et moins de camions sur les routes.

Du calcin en libre-service ! C'est ce dont dispose la verrerie O-I de Béziers depuis l'installation du nouveau centre de tri Ipaq sur son site. En effet, le calcin produit est livré directement dans les silos de l'usine verrière par bande transporteuse. « Avant, pour nous procurer du calcin, nous étions obligés de faire appel à différents fournisseurs français et espagnols », explique Bernard Némoz, directeur de la verrerie de Béziers. Ipaq, qui fût l'un des pionniers dans le recyclage du verre en France, est aujourd'hui la filiale française de Maltha, groupe dans lequel O-I est impliqué à hauteur 33 %. La cohabitation et la collaboration des deux usines s'en trouvent donc facilitées... Outre le gain de temps, le convoyeur automatique permet d'économiser 25 rotations camions par jour, soit des réductions de coûts et d'émission de CO2 conséquentes. « Le convoyeur est piloté directement depuis la verrerie, explique Bernard Favory, directeur général d'Ipaq. Les verriers peuvent donc alimenter le four quand c'est nécessaire. De plus, nous avons toujours une réserve de 5 000 tonnes de calcin dont ils peuvent se servir quand le centre de tri ne fonctionne pas, la nuit ou le week-end, par exemple. »

Trieuses de dernière génération

L'usine Ipaq traite du verre ménager en provenance de Provence-Alpes-Côte-d'Azur (Paca) et du Languedoc-Roussillon dont l'Hérault. Construite en neuf mois, elle est équipée de technologies très récentes et très performantes notamment pour l'extraction des vitrocéramiques et des verres spéciaux et infusibles comme le verre au plomb, au baryum ou encore le cristal ou les écrans... « Grâce aux nouvelles machines de tri optique, en septembre, notre calcin présentait seulement 11 grammes d'impuretés par tonne, constate Géraldine Dijoux, responsable des sites Ipaq de Béziers et de Lavilledieu (Ardèche). Sur notre site de Lavilledieu, nous sommes à 30 grammes par tonne car nous ne disposons pas de cette technologie. » Ce calcin d'excellente qualité a permis à la verrerie O-I de passer à un pourcentage élevé de calcin : de 85 % contre 65/70 % auparavant. Pour atteindre ce niveau de performance, Ipaq a investi 2 millions d'euros dans quatre machines autrichiennes Binder à détection par UV. Une fois la signature UV de chaque verre spécial enregistrée, ces machines peuvent les reconnaître et les séparer du verre pour l'emballage. Quant au calcin de mauvaise qualité, il est réduit en poudre et servira dans l'industrie du bâtiment pour la laine de verre notamment. Le jeune centre n'a pas encore atteint sa capacité maximale de production. L'objectif à terme est qu'il fournisse la totalité du calcin dont la verrerie O-I a besoin.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Coval lance la série IO-Link

Technologie

Coval lance la série IO-Link

Le fournisseur de composants pour la manipulation par le vide a travaillé sur la compacité et la communication de ses pompes. - Discrètes mais essentielles, les pompes à vide sont souvent présentes sur les[…]

Très chers packagings

Indicateurs

Très chers packagings

GLOBAL PACK, l’événement incontournable de la communauté packaging

Publi-Rédactionnel

GLOBAL PACK, l’événement incontournable de la communauté packaging

L’automatisation de l’emballage permet de réduire l’impact de la pandémie

Publi-Rédactionnel

L’automatisation de l’emballage permet de réduire l’impact de la pandémie

Plus d'articles